VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Crossroads
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 31 Mai - 14:43.


Crossroads
La Croisée des Chemins

★ noms des participants: Unik Oxborn & Micaëla T. Delibes
★ statut du sujet: Flash Back
★ date: Novembre 2055, première tâche du tournoi des trois sorciers.
★ heure: Dans la journée xD
★ météo: Nuageux, température froide.
★ saison: Saison 1
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: ...
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: ...
★ intervention de dominus: Non merci.
★ récompenses: Non.



avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 31 Mai - 14:48.
Une mousse nivéenne voilait le sol algide et les pas du jeune Serdaigle s'amusaient à tracer son passage, repoussant volontairement la mince couche de givre blanc du bout de ses souliers. L'hiver, belle saison. Si elle avait été une femme, il en aurait fait son amante. Porteuse d'inspiration et d'espoir, il voyait cette saison telle une révélation d'espérance et d'évolution spirituelle. Pourquoi ? Il n'y avait pas de raison, une impression que cette belle trainée blanche virginale lui inspirait. Vierge telle une feuille vide qui ne demandait qu'à s'affubler de mots versatiles. Alors que certains s'y vautraient dans l'amertume, il s'y glissait à son aise, plus heureux qu'un enfant bondé de crédulité. Il aimait la neige, la blancheur candide, le paysage ... une merveille pour l'âme. Il s'y sentait revivre. Vrai, ce n'était pas encore l'hiver, pas tout à fait. Toutefois, la froideur était bien présente et le givre qui s'accrochait à l'herbe en était la preuve. L'hiver ne tarderait pas.

Au loin, il pouvait entendre les tumultes que provoquait la première tâche, à l'orée de la forêt interdite. Tandis que quelques élèves retardataires se précipitaient en direction des gradins, Unik errait à contre-courant, s'éloignant sans regret des festivités qu'il qualifiait... de futilités. Jamais il ne comprendrait le raisonnement de ces fervents du tournoi. Qu'est-ce qu'il y avait de si exaltant à encourager ses camarades à se livrer en pâture ? C'est de ça qu'il s'agissait, non ? Avaient-ils seulement conscience que leurs champions risquaient d’être grièvement blessés et dans le pire scénario, dévorés jusqu'à la moelle ? Tandis qu'ils se goinfraient de pop corn... leurs amis risquaient d’hériter d'une mort prématurée. N'y avait-il pas suffisamment de problèmes en ce moment ? C'était à croire qu'ils avaient encore oublié le Spectre oublié ! Décidément, ce fantôme possédait un surnom qui lui allait comme... un drap blanc ! Peut-être était-il trop pessimiste ? Dramatique ? Non, surtout réaliste.

La brise froide et rigoureuse lui piquait le visage, lui brasillant les pommettes sans en éprouver de repentance, mais déjà il lui pardonnait d'être aussi cinglante. La vue était si belle qu'il ne se laissa pas impressionner par ce froid imposant. Un petit inconfort pour une grande satisfaction. Son regard émeraude resta accroché sur les traces fraiches imprégnées dans le givre, les traces d'un passage récent, mais non le sien. Il marcha encore un peu et cessa ses enjambées lorsqu'une silhouette se découpa à l'horizon. Une jeune femme était assise sur un banc, tout près d'un bosquet d'arbustes. La joliesse de son visage s'harmonisait superbement avec l'opalescence du paysage. Dommage qu'il n'était pas peintre... il aurait dessiné son portrait. Il se prit à l'observer en silence le long de quelques bonnes minutes, considérant le profil de la jeune femme d'un œil appréciateur. Lorsque ces minutes s'étiolèrent, il se mit à contempler son visage -du moins, la partie qu'il voyait -, et se posa la question, à savoir si cette rigidité glaciale qu'elle affichait à l'instant ne dévoilait pas une fragilité refoulée. Dépourvue d'émotions, elle contemplait devant elle l'inaccessible, et cette immuabilité de ses traits le poussa à franchir une limite déraisonné, limite qu'il avait tendance à franchir trop souvent ces derniers temps. Il avait besoin de voir son visage. Pourquoi donc ? Aucune réponse ne vint apaiser son agacement.

Il osa donc cueillir un peu de ce givre temporaire de sa main et former une petite sphère presque parfaite... qu'il lança en sa direction. Aucune logique, aucune véritable raison, complètement insensé... cette consistance poudreuse alla effleurer sa pommette, ce qui fit grimaçer Unik, ayant en premier lieux visé l'épaule. Visiblement, il n'avait absolument aucun talent dans le domaine du '' lancé de boule de neige ''. Il se pressa vers elle et s'immobilisa à ses cotés, les sourcils froncés...

- Je suis désolé, pardonne moi ! Je voulais capter ton attention et plutôt que de viser l'épaule j'ai... je ne t'ai pas blessé ?

Pourquoi avait-il toujours cette manie de ne jamais faire comme tout le monde ? Il aurait mieux fait de se présenter tout simplement.

- Unik Oxborn, charmé de te rencontrer ! Ce qui n'est sans doute... pas ton cas...

Il esquissa un sourire mi-incertain mi-amusé en la considérant. Il espérait qu'elle avait... un bon sens de l'humour ?
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons
ϟ messages : 3
ϟ entrée : 31/05/2012



Message Posté Jeu 31 Mai - 21:50.
Featuring...
Micaëla Thaïs Delibes - Hébé
ft. Mischa Barton
9ème année - Cycle III
Unik Oxborn - Poudlard
ft. Chad Michael Murray
Serdaigle


Je me demandais un peu pourquoi j'étais venue. Parce qu'à bien y réfléchir, le tournoi ne m'intéressait pas plus que ça. Comme un peu tout le monde, j'encourageais mon école, par chauvinisme sans doute, mais je n'étais pas de celles qui vibraient au rythme des tâches, et passait leur temps à parler de ça et uniquement de ça. Il n'y a que la musique qui pouvait me mettre dans un tel état. Un concert de Themis Wagtail par exemple. Là oui, je serais une vraie groupie complètement surexcitée. J'aurais été tout aussi enfiévrée à un concerto baroque, mais peut-être plus réservée, ne serait-ce que parce que le lieu de telles représentations ne se prête vraiment à l'exubérance. Mais là, pour le tournoi... Non. J'avais suivi le mouvement, plus ou moins, mais maintenant que j'étais là et bien je ne m'y sentais pas à ma place. Le château était imposant, cela dit, et son parc immense m'attirait comme un aimant. Dès qu'il m'était possible de le faire, je m'aventurais à l'extérieur, bravait le froid qui contrastait drastiquement avec la douceur de Vaulx-les-Pins ou la pluie bretonne, et errais, sans regarder le temps passer, laissant mes pas me guider. Quand je rentrais, je croquais quelques paysages dans un carnet, me promettant d'en mettre certains en couleur prochainement.

Et puis il y a eu ce jour, où là-bas, près de la forêt, j'avais vu pour la première fois cette créature. Un Sombral. A l'orée de la forêt interdite, où je n'étais pas vraiment encline à mettre les pieds. Dans la pénombre du crépuscule, sa silhouette s'était découpée sur la masse noire des arbres torturés, contrastant avec la blancheur immaculée de la neige au-dessous d'eux. Je n'avais pas osé m'approcher, tout d'abord, de peur de l'effrayer. Parce que moi, je ne l'étais pas le moins du monde. Comme toutes les créatures équines, dès que j'avais eu connaissance de son existence, il avait eu mon admiration, mais je n'avais encore jamais eu l'occasion d'en voir un, comme ça, réellement devant moi. Alors je l'avais observé, un moment, et je crois bien qu'il avait fait de même, le temps de me graver cette image parfaitement dans l'esprit, pour pouvoir le peindre plus tard. Et puis je m'étais avancée, jusqu'à pouvoir lui flatter l'encolure et lui murmurer quelques mots doux. Je sais que ce sont des créatures douces, et je sais que peu d'entre nous peuvent les voir. Malheureusement, je fais partie de ceux qui peuvent poser les yeux sur eux. Mais en un sens, j'en suis plutôt heureuse, parce que cette vision est unique, à mon sens.

La première tâche, cependant, s'est organisée près de la forêt, et je n'ai pas pu y retourner sans être confrontée à la foule des supporters. Alors j'ai poursuivi mes pérégrinations un peu plus loin, me promettant de tâcher de le revoir avant de partir, pour lui dire au revoir. En attendant, alors que tout le monde avait commencé à se diriger vers la forêt, moi j'avais pris un autre chemin, m'éloignant des cris de la foule pour trouver un banc au calme, près d'un bosquet que j'observais, détaillant les ramures et la façon dont la neige et le givre étaient venus les enrober. Je ne saurais dire quelle expression pouvait avoir mon visage à cet instant. Concentrée, sans doute. Et trop bien accaparée par ma contemplation pour entendre les pas qui s'approchaient, à quelques mètres de moi. Je ne sortis de ma bulle que lorsqu'une masse froide vint effleurer ma joue et tournai alors le visage dans la direction dont elle semblait provenir pour voir un jeune homme sensiblement du même âge que moi s'approcher rapidement.

« Je suis désolé, pardonne-moi ! Je voulais capter ton attention et plutôt que de viser l'épaule j'ai... je ne t'ai pas blessée ? »

Je secouai la tête pour le rassurer. Ma joue avait sans doute rosi un peu plus sous l'effet du froid, mais ce n'était pas bien important.

« Unik Oxborn, charmé de te rencontrer ! Ce qui n'est sans doute... pas ton cas... »

J'éclatai d'un rire cristallin avant de tendre la main devant moi pour une poignée de main amicale qui visait à le rassurer encore.

« Micaëla Delibes, enchantée. Ne t'inquiète pas, je n'ai rien, tout va bien. »

Je lui désignai d'un geste de la main le banc et la place libre à mes côtés, afin qu'il puisse s'y installer s'il le souhaitait, toujours souriante, détaillant les lignes de son visage comme j'inspectais les courbes des rameaux peu avant.

« Tu n'es donc pas avec les autres, toi non plus... »

C'était sans doute un constat un peu facile, mais c'était une manière comme une autre d'engager la conversation. Je n'étais pas très douée pour les confidences, mais je n'en avais pas moins le contact facile. Et puisqu'Unik avait voulu attirer mon attention, je supposais que ce n'était pas pour me regarder dans le blanc des yeux pendant deux heures. En tout cas, son but était atteint : à présent, c'était bel et bien sur lui que se posaient mes yeux clairs, et j'étais assez curieuse de savoir pourquoi, pour sa part, il ne participait pas à la liesse générale.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 2 Juin - 17:05.

Un rire doucereux et harmonieux se faufila d'entre ses lèvres satinées, ce qui poussa Unik à lui offrir en échange un sourire apaisé. À cet instant, tandis que ses prunelles étudiaient avec attention les traits candides de son visage, il constata qu'il avait été judicieux de quitter rapidement les '' réjouissances ''. La seule chose qu'il regrettait... était de lui avoir légèrement éraillé la pommette. Il ignorait pour quelle raison une idée aussi simplette lui était venue à l'esprit. Fort heureusement, la jeune femme semblait être dotée d'une tolérance admirable, chose plutôt rare de nos jours.

« Micaëla Delibes, enchantée. Ne t'inquiète pas, je n'ai rien, tout va bien. »


Lorsqu'elle lui offrit sa main, la sienne alla s'y glisser avec délicatesse pour la serrer. Sans esquisser la moindre hésitation, il prit place à ses côtés lorsqu'elle lui désigna la banquette en guise d'invitation à lui tenir compagnie. Pourquoi refuser ? Après tout, n'avait-il pas provoquer cette situation intentionnellement ? À ce point, il serait bête de laisser une si belle opportunité lui filer entre les doigts...

« Tu n'es donc pas avec les autres, toi non plus... »


Il tourna son visage vers elle, amusé par sa remarque et surtout intrigué par l’intérêt qu'elle lui démontrait alors qu'il venait presque de lui abimer son joli minois. Plutôt que de répondre à sa question, il garda un instant le silence, plongeant son regard sagace dans le sien.

- Tu m'intrigues... j'étais persuadé que tu allais me dire de poursuivre mon chemin sans perdre de temps... me dire que je suis un pauvre rustaud qui n'a aucune bonne manière pour te bombarder ainsi alors que tu es assise sagement, solitaire et inoffensive... Es-tu toujours aussi sympathique avec les inconnus ? Entre toi et moi, ma façon de t'aborder laissait à désirer. J'étais loin d'imaginer que ça fonctionnerait !, dit-il, laissant un rire franc s'échapper hors de son gosier.

Il reprit son sérieux et se positionna plus confortablement sur la banquette. La mine songeuse, il finit par secouer négativement la tête.

- Les autres... nan ! Je n'ai jamais été fervent du tournoi des trois sorciers. Selon moi, cette compétition ne devrait pas être. J'ai cette fâcheuse manie d'imaginer les participants ayant l'aspect de rongeurs que l'on met dans un labyrinthe en verre, des petites bestioles qui servent de divertissement... je ne vois rien de gratifiant à risquer sa vie pour divertir les gens ou encore pour prouver sa valeur. Je ne connais pas personnellement les champions, je respecte leur choix d'y être en ce moment... mais je ne comprendrai jamais leur motivation. Risquer d’être blessé ou d'y laisser sa peau pour quoi exactement ? ... je sais que cet événement a été mis en place pour changer les idées des élèves... mais je trouve que c'est irréfléchis, immature et complètement stupide... bien que, je suis peut-être trop prudent. En réalité, je trouve que ce tournoi est un parfait magnétisme à problèmes.

Il porta à nouveau son attention vers elle, haussant un sourcil.

- Ce n'est que ma vision des choses, j'espère que je ne t'offusque pas. Peut-être bien que ta raison est différente de la mienne... tu n'es pas de Poudlard, n'est-ce pas ? Si je t'avais déjà croisé, ton visage me serait familier.

Son visage avait cet aspect séraphique, éthéré. Il aurait été difficile de l'oublier...
avatar
Micaëla T. Delibes
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons
ϟ messages : 3
ϟ entrée : 31/05/2012



Message Posté Sam 9 Juin - 20:00.
Featuring...
Micaëla Thaïs Delibes - Hébé
ft. Mischa Barton
9ème année - Cycle III
Unik Oxborn - Poudlard
ft. Chad Michael Murray
Serdaigle


Le sourire d'Unik me confirma que mon but était atteint : j'avais réussi à calmer, au moins un peu, le malaise dans lequel il s'était plongé tout seul en m'envoyant cette boule de neige. Une poignée de main plus tard, il prenait place à mes côtés, et je continuai de sourire, lorsqu'il prit la parole.

« Tu m'intrigues... j'étais persuadé que tu allais me dire de poursuivre mon chemin sans perdre de temps... me dire que je suis un pauvre rustaud qui n'a aucune bonne manière pour te bombarder ainsi alors que tu es assise sagement, solitaire et inoffensive... Es-tu toujours aussi sympathique avec les inconnus ? Entre toi et moi, ma façon de t'aborder laissait à désirer. J'étais loin d'imaginer que ça fonctionnerait ! »

Mon rire se mêla au sien, et j'acquiesçai d'un signe de tête. Effectivement, il y avait des façons plus délicates pour aborder les gens, mais j'étais d'un naturel conciliant, refusant les conflits, et sincèrement, je n'avais absolument rien contre lui. Je ne m'énervais pas facilement, il fallait bien le dire, et ce n'était pas prêt de changer.

« Je ne suis pas du genre à m'énerver pour si peu, et j'essaie d'être sympathique avec tout le monde, en général, même si l'inverse n'est pas toujours vrai... Et puis on fait tous des erreurs. Ca n'est vraiment pas bien grave. »

L'inverse, effectivement était plus rare. A cause de mon don, je m'attirais souvent l'inimitié des autres. Mais je n'étais pas prête à évoquer ça avec le jeune homme assis à mes côtés. Cette conversation me plaisait bien, à moi qui avais pourtant cherché la solitude peu avant, finalement, et je n'avais pas envie de l'écourter à cause de cet héritage que beaucoup ne comprenaient pas.

« Les autres... nan ! Je n'ai jamais été fervent du tournoi des trois sorciers. Selon moi, cette compétition ne devrait pas être. J'ai cette fâcheuse manie d'imaginer les participants ayant l'aspect de rongeurs que l'on met dans un labyrinthe en verre, des petites bestioles qui servent de divertissement... je ne vois rien de gratifiant à risquer sa vie pour divertir les gens ou encore pour prouver sa valeur. Je ne connais pas personnellement les champions, je respecte leur choix d'y être en ce moment... mais je ne comprendrai jamais leur motivation. Risquer d’être blessé ou d'y laisser sa peau pour quoi exactement ? ... je sais que cet événement a été mis en place pour changer les idées des élèves... mais je trouve que c'est irréfléchis, immature et complètement stupide... bien que, je suis peut-être trop prudent. En réalité, je trouve que ce tournoi est un parfait magnétisme à problèmes. »

Je l'écoutais avec attention, hochant parfois la tête alors qu'il ne me regardait plus et ne s'en rendait peut-être pas compte. J'étais finalement assez d'accord, bien que peut-être un peu moins fervente dans mon avis sur la question.

« Ce n'est que ma vision des choses, j'espère que je ne t'offusque pas. Peut-être bien que ta raison est différente de la mienne... »

Je secouai la tête légèrement, repoussant cette dernière assertion. Au final, je ne prenais pas vraiment part à tout ça, c'était trop dangereux, oui, pour moi, même si je comprenais le besoin d'émulation qui ressortait de l'événement.

« Je suis plus ou moins d'accord avec toi. Je crois qu'on n'avait pas besoin de danger supplémentaire, même si un événement pour permettre aux trois écoles de se côtoyer davantage n'est pas une si mauvaise idée. Je crois que ce n'était, juste, pas forcément le meilleur moyen. Et je n'arrive pas à entrer dans cette ferveur qu'ils ont tous, là-bas. Moi quand je les vois prendre de tels risques, j'ai peur à chaque seconde, et ça n'a rien de très glorieux à mes yeux. Il y a bien assez de drames qui se produisent dans la vie de tous les jours pour qu'on n'en rajoute pas intentionnellement... »

J'esquissai un sourire contrit, réalisant qu'une fois de plus, le départ prématuré de ma mère teintait mes positions. Quelque part, le fait de pouvoir encore communiquer avec elle par moments m'empêchait de faire mon deuil, et j'avais toujours cette pointe au coeur lorsque je pensais à elle. Je ne crois pas qu'elle pourrait jamais complètement s'estomper, et en un sens, je n'en avais pas vraiment envie. Je ne voulais pas l'oublier, c'était la seule qui pouvait parfaitement comprendre ce que j'étais, et ce que je pouvais ressentir, et j'avais toujours besoin de me référer à elle, de temps en temps. J'avais de la famille, toujours, mes frère et soeur, mes cousins, mon père et sa famille... Mais aussi proches qu'ils puissent être, ils ne pourraient jamais entièrement comprendre cet aspect de moi, même si Rosa ou Flo m'acceptaient comme j'étais malgré tout.

« Tu n'es pas de Poudlard, n'est-ce pas ? Si je t'avais déjà croisée, ton visage me serait familier. »
« Non, en effet. J'ai beau cacher mes origines sous un accent que j'espère irréprochable, tu m'as percée à jour. Je suis française, bretonne même, et je viens de BeauxBâtons. Mais tu m'étonnes, d'habitude, on ne me remarque pas vraiment. Ou c'est peut-être moi qui suis un peu trop dans mon monde et qui ne m'en rends pas compte... »

C'était peut-être plus juste effectivement, et je songeais à part moi qu'il faudrait peut-être que j'y remédie un jour... Mais mes rêveries alimentaient aussi mes toiles, mes photos, ma musique et, parfois, mes textes bien que j'eusse tendance à garder ceux-là secrets.

« Tu as un beau visage, Unik. Je pense que tu ferais un beau modèle... »

Hum... Ca sortait un peu de nulle part, j'en convenais, mais ça m'était venu naturellement aux lèvres, parce qu'à mesure que nous discutions et que mes prunelles détaillaient ses traits, j'en venais à en être persuadée. Mais je réalisai alors l'incongruité de mon propos et passai une main fébrile dans mes cheveux, mal à l'aise.

« Pardon. C'était sans doute un peu bizarre... C'est que... je suis peintre... entre autres... alors j'ai un peu tendance à tout regarder par ce prisme-là. Avant que tu n'attires mon attention, c'était ces buissons qui aiguisaient mon besoin de créer. Je n'ai pas l'habitude de la neige, chez moi on en voit peu, et je trouve ça simplement magnifique... »

Je baissai le regard, un rien embarrassée. Je n'avais pas vraiment de mal à parler aux autres, mais mes conversations n'étaient peut-être pas tout à fait dans les normes non plus, et je soupirais, songeant que j'aurais bien de la chance s'il ne me fuyait pas dès à présent...
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Crossroads

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: Saison 1

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: