VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

They are bookworm <Enora/Erik> TERMINE
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
EriK G. Cressey
this is the wizzarding world of
Je viens de Londres
informations
Je viens de Londres
ϟ messages : 7
ϟ entrée : 09/02/2012



Message Posté Ven 10 Fév - 17:37.
they are bookworm




STATUT DU SUJET : privé
NOM DES PARTICIPANTS : Erik G. Cressey ; Enora F. Boatwright
DATE : début du mois de Juin
HEURE : le soir
METEO : sombre et humide
NUMERO ET TITRE DE L'INTRIGUE GLOBALE EN COURS : intrigue 010 : Vengeance
NUMERO ET TITRE DE L'INTRIGUE DU FORUM EN COURS : intrigue 009 : the End
INTERVENTION DE DOMINUS TENEBRAE : Si ça l'amuse ^^.



Dernière édition par EriK G. Cressey le Dim 15 Avr - 21:46, édité 4 fois
avatar
EriK G. Cressey
this is the wizzarding world of
Je viens de Londres
informations
Je viens de Londres
ϟ messages : 7
ϟ entrée : 09/02/2012



Message Posté Ven 10 Fév - 17:38.
They are bookworm

___________________________________________________________________________


    J’arrivais à Poudlard dans l’après-midi. Le temps entait sombre et humide pour un mois de juin. Un peu comme si le temps c’était mis au diapason avec les évènements. Un sortilège peut-être, mais je n’avais jamais entendu parler d’un maléfice capable de modifier la météo, j’étais plutôt sceptique. Personnellement, que les barrières magiques tombent, ça m’arrangeait presque un peu : je pouvais désormais faire ce que je voulais sans limite. Perfect. Je transplanais donc dans la cour de Poudlard, l’école en effervescence ne remarquait pas mon arrivée. Je me mettais en marche rapidement, enfonçant mes mains dans mon jean, je traversais la cour du deuxième étage, prenait un couloir, il me faut quelques minutes pour me repérer dans le château, puis je me mettais en marche pour le quatrième. Repérer ma cible allait être un peu compliqué vu que c’est une visite surprise. Je me mettais en marche pour la bibliothèque, pensant trouver ma petite protégée là-bas. Je n’étais pas sur de moi, Enora avait changé depuis notre première rencontre et je n’étais plus sûr de son assiduité à la bibliothèque. Poudlard avait été mon premier arrêt pendant mon tour du monde, il y a presque trois ans maintenant, et je m’étais attaché à la jeune femme lors de ma visite. On s’était revu depuis plusieurs fois, et malgré le fait que je n’étais pas franchement un grand écrivain, j’avais répondu à ses lettres. Avec parfois beaucoup de retard, c’est vrai. Mais ce tour du monde avait été éprouvant et je n’avais pas toujours le temps de me poser pour écrire. C’est sans doute la seule personne avec qui j’avais gardé des liens pendant mon voyage. Sinon j’avais coupé les ponts avec tous les autres. Elena compris.

    Dans un couloir, je repérais ma petite blondinette, elle était seule. Tant mieux, ça devait être une chance formidable, je m’attendais à la voir entouré de plein de monde, notre petite championne. Je lui faisais peur en la prenant par surprise, puis l’étreignais et lui faisait la bise, pas français pour rien. J’étais ravi de voir qu’elle allait bien. Du moins en apparence. J’étais surement le seul sorcier à n’avoir pas suivi la Troisième Tache. En fait, pas vraiment intéressé par le Tournoi j’avais appris le lendemain de la dernière tache qu’Enora était la nouvelle championne de Poudlard, en regardant les gros titres de la Gazette. Je m’étais fait un sang d’encre pour elle. On pouvait lire tout et n’importe quoi sur ce qu’il s’était passé à Beauxbâtons, je me méfiais des journaux et de la radio. Le ministère fourrait son nez un peu partout, les journaux pouvaient très bien être censurés.

    On commençait par marcher dans les couloirs, je m’enquérais sur sa santé, ses amis, même si c’était bien le dernier sujet qui m’intéressait, sur ses amours aussi, ravis de pouvoir la taquiner un peu. Puis je rentrais enfin dans le vif du sujet. Je posais la question qui me tarabustais depuis plusieurs jours et qui était une des raisons de ma visite.

      Comment s’est passé la Troisième Tache ?

    J’espérais recevoir une version un peu personnelle et pas la version officielle des pouvoirs publiques. Je m’étais vraiment fait du souci pour elle. J’ajoutai avec précipitation :

      « J’ai pas du tout suivi, j’ai appris que tu étais championne récemment, je te féliciterais pas, ça m’a l’air franchement bouseux comme situation, perso je n’aime pas trop patauger dans la bouse de dragon. »

    Ce n’était pas des remontrances, il faut pas croire. J’écoutai avec attention ce qu’elle me répondait, et quand elle eut finit je remarquais que l’on tournait en rond depuis pas mal de temps. Je lui proposais de bouger, en désignant l’escalier qui nous faisait face :

      « On monte ? Je voulais voir la bibliothèque, j’ai lu que la réserve regorge d’ouvrages intéressants. Tu crois que c’est ouvert ? »

    En fait, ce n’était pas important, même si cette fichu réserve était fermé à clé, gardé par un bouledogue et par une horrifiante bibliothécaire, je trouverais bien un moyen de rentrer. C’était l’autre raison de ma présence ici. Je ne supportais pas repartir bredouille. Et je n’avais aucun scrupule à utiliser des maléfices ou des sortilèges interdit. A la guerre, tout est permis.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 19 Fév - 20:28.



....





  • Elle était plus seule que jamais. Elle le sentait pourtant très proche, elle sentait son regard se poser sur elle à chacun de ses gestes, et son ventre se nouait rien qu'à son image dans sa tête. Elle serrait ses petites mains pour évacuer la pression. Elle avait bien trop mal, et pourtant elle n'imaginait pas encore que cela n'allait qu'en s'empirant. Elle ignorait encore que sa plus grande alliée selon elle, celle à qui elle disait tout, celle à qui elle se confiait depuis des mois, n'était finalement rien d'autre qu'une partisane de l'Organisation secrète. Et pourtant, elle saturait déjà de sa peine. Elle voulait rester forte pour les autres, pour aussi se prouver à elle-même qu'elle n'était pas une lâche, qu'elle était courageuse et déterminée mais elle savait au fond qu'elle allait craquer à un moment ou un autre. Elle était seule face au monde, seule.

    Elle fixait le sol, se balançant légèrement, assise contre un mur glacé. Elle entendait au loin le reste de quelques combats qui laissaient cependant quelques pauses. Son regard dans la vide, elle était dépourvue de tous ses sens. Son regard était comme brouillé, elle ne voyait plus rien, n'entendait plus rien, et surtout ne faisait aucun bruit. Elle sanglotait alors en silence, ne manifestant pas sa présence pour éviter l'arrivée soudaine d'un homme masqué, homme qui s'empresserait de l'attraper pour l'exécuter en public. Elle savait qu'elle était en danger, et bien plus que les autres élèves, elle avait fuit, elle leur avait désobéit, elle avait ce statut de championne qui lui collait à la peau, statut qu'elle réfutait, elle ne l'assumait pas. Alors, l'espoir la quittait peu à peu, elle repensait à ce moment où elle était entre la vie et la mort, ce moment où toute sa douleur aurait pu s'enlever, elle n'aurait plus rien à cacher à qui que ce soit, elle n'aurait plus honte, plus mal, plus peur et son père aurait peut-être regretté ses actes. Elle versait encore une larme qui vint s'étaler sur le sol. Elle se répétait dans sa tête qu'elle aurait dû mourir, ne plus jamais se battre. Elle ne pouvait plus se battre. Sa force était réduite au néant et lorsqu'elle tentait de se battre contre ces sombres pensées qui manipulaient son esprit, elle retombait aussitôt dans le monde réel. Elle n'était pas forte, elle était lâche, manipulatrice, elle mentait sans arrête aux autres mais aussi à elle.

    Elle entendit des pas venir en sa direction, elle reprenait à peine possession de son corps, lorsqu'un jeune brun vint l'étreindre et lui fit la bise comme s'il s'agissait d'un jour normal. Elle avait à peine eu le temps d'essuyer ses yeux. Elle eut soudain un grand sourire, des plus sincères. Elle adorait Erik et passer du temps avec lui la remettrait sur pied. Elle se relevait, cette fois sans difficulté, elle n'était plus seule. Erik commençait alors à parler de la tâche, sujet délicat mais la façon dont il en parler l'amusait finalement.

    Oh, tu sais, je suis vivante c'est déjà un bon point je pense


    Elle eut un léger sourire, gênée.

    « On monte ? Je voulais voir la bibliothèque, j’ai lu que la réserve regorge d’ouvrages intéressants. Tu crois que c’est ouvert ? »


    Elle souriait encore, prit la main d'Erik et défonça la porte de la bibliothèque avec un bombarda. Elle s'en fichait, l'Organisation secrète détruisait déjà tout le château, ils n'allaient pas s'embêter avec une simple porte. Elle gardait cependant sa baguette, au cas où. Elle restait sur ses gardes, trop paranoïaque peut-être. Elle n'était plus retourner dans la bibliothèque depuis des semaines. Elle y passait pourtant tous les jours avant, mais il semblerait qu'elle avait bel et bien changé. Elle n'était pas nostalgique mais les images de ces sept dernières années, passées à étudier pour rendre fier son père, en vain, la rendaient finalement triste. Elle aurait pu avoir une vie normale, mais ses parents en avaient décidé autrement. Elle aurait pu dire non avant et prendre sa vie en main. Elle inspira une grande bouffée d'air et avançait dans les rayons. Elle connaissait les lieux par coeur. Alors elle allait vers le fond de la salle, se retournant à chaque son qui venait de derrière.






avatar
EriK G. Cressey
this is the wizzarding world of
Je viens de Londres
informations
Je viens de Londres
ϟ messages : 7
ϟ entrée : 09/02/2012



Message Posté Jeu 1 Mar - 21:52.
They are bookworm

__________________________________________________________________________

    J’entrais pour la première fois dans la célèbre bibliothèque de Poudlard. Je cherchais autour de moi la trace d’une bibliothécaire, mais n’en vit rien. Pas franchement pressé d’en finir et ignorant les bruits des combats, je m’appliquais à une exploration des rayons. Je passais devant Le Quidditch à travers les âges, de Kennilworthy Whisp, poussé par la curiosité je le saisissait pour regarder la liste des emprunteurs. Il n’y avait que des noms inconnus, très souvent avec une sonorité anglaise. Je le reposais sur une étagère, mais ce n’était certainement pas sa place car il s’éleva lentement dans les airs pour se glisser entre deux livres quelques centimètres plus loin. Revenant sur mes pas, j’entrais dans une autre allée, jetant un coup d’œil furtif vers Enora. Elle semblait agitée, mais c’était sans doute plus que normale après ce qu’elle avait dû vivre.

    Je continue mon exploration des rayons pendant encore quelques minutes, puis je décide de suivre la jeune fille vers le fond de la pièce. Un coup d’œil par une des fenêtres me fit voir quelques signes de combats, mais c’était sans importance : je n’avais pas peur du danger, j’étais même plutôt du genre casse-cou. Elle se retourna encore une fois et pour détendre un peu l’atmosphère je lançais sur la ton de la boutade, en levant les deux mains pour prouver mon désarmement :

      « Ce n’est que moi. T’inquiète pas, j’assure nos arrières. »


    De toute manière, il n’y avait pas grand-chose à assurer, la bibliothèque était silencieuse et un « hominium revelio » silencieux ne révéla aucune présence humaine. J’approchais ce que je supposais être la réserve. Un cordon séparait maintenant la bibliothèque d’une partie de pièce encore plongé dans l’obscurité. Je sortais ma baguette de la poche arrière de mon jean et poussé prudemment le cordon du bout de la baguette. Rien ne se produisit. J’enjambais alors rapidement le cordon et je jetais un coup d’œil interrogatif à Enora.

      « Tu viens ? »


    Je commençais par avancer dans l’allée centrale, mais rapidement, bien que mes yeux se soient habitués à l’obscurité, je ne vis plus grand-chose. Lumos. Le halo qui sortit de ma baguette me permit d’y voir un peu mieux, et j’avançais dans un rayon étiqueté L-O. Des bruits étranges s’entendaient autour de nous, comme des murmures ou des marmonnements étouffés, mais je n’y fis pas attention. J’étais intiment convaincu qu’il ne s’agissait que des livres. Rien de bien méchant, donc. Mon regard fut attirai par un livre épais recouvert de cuir noir usé. Je le saisissait, observait sa couverture mais n’arrivait qu’à déchiffrer le titre, Anthologie de la Magie Très Sombre et Très Obscure, les lettres formant le nom de l’auteur s’étaient effacées grossièrement avec le temps. Je le soupesais encore une fois puis l’ouvrait délicatement en son centre, les mots et les illustrations s’effacèrent presque immédiatement et je me retrouvai avec un livre replis de pages vierges. Quelque secondes plus tard, un compte à rebours se déroula sur les feuilles, dans une belle écriture penchée aux chiffres ronds. Arrivée à 0, ayant tout mon attention, le livre explosa littéralement. DE surprise, je le lâchais et le laissais dégringoler sur mes pieds.

    Enora arriva presque immédiatement, inquiète. Je lui jetais un regard faussement horrifié.

      « Les livres explose ici. Fantastique ! »


    Piqué par la curiosité, je ramassais le livre et l’ouvrais à la première page. Les écrits disparurent à nouveau, mais je réussis à lire la date de parution du grimoire, au 15 ème siècle. Le compte à rebours réapparu à nouveau, puis le livre réexplosa comme la première fois. Cette fois-çi, je ne laissa pas tomber. J’éclatais de rire, un rire un peu inquiétant, parce qu’au fond il y avait un peu de folie dans mon hilarité, c’était peut-être dû à ma mère, enfermé dans un asile psychiatrique pour des hallucinations et des crises d’angoisses insurmontables.

    Je me tournais vers Enora, et lui lançais un sourire radieux.

      « Excellent ! J’adore ! T’en connais pas d' autres dès comme ça ? »

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 18 Mar - 21:26.


....



Poudlard commençait à ressembler à un tas de ruines, ainsi son sort contre la bibliothèque ne lui pesait pas sur la conscience, au contraire par vengeance contre son père, elle aurait voulu brûler tous les livres disposés dans cette bibliothèque, dans laquelle elle avait passé toutes ces années à étudier pour rendre fier un homme sans coeur. Elle avançait dans les lieux, entendant la voix d'Erik, rassurée elle avançait encore. Les archives n'étaient plus très loin. Elle le suivait, elle avait confiance en lui. Elle enjambait à son tour le cordon pour atteindre enfin les archives. Elle se souvenait alors qu'elle n'y était jamais vraiment allé, durant ces sept années et pourtant elle aurait mérité cet accès. Elle répétait le Lumos lancé par Erik, voulant au moins pouvoir voir quelque chose dans ce noir. Curieux, elle n'imaginait pas les lieux comme cela. Elle entendait des explosions au loin, des combats, encore et encore. Elle aurait pu se sentir coupable de ne pas aider les autres élèves, et s'était sauvé pour éviter toute représailles. Les membres de l'Organisation secrète la cherchait, elle en priorité. Elle s'était sauvé, elle avait montré sa faiblesse comme les autres champions, elle avait gâché leur spectacle, se rebellant face aux hommes et femmes masqués. Elle n'était pas surhumaine, elle était juste Enora, une fille sensible malgré ses airs glacials. Erik la connaissait bien, beaucoup avaient des préjugés sur cette fille riche et très intelligente, une fille qui prenait les gens de haut et pourtant ils ne prenaient pas la peine de la connaitre. Elle en avait beaucoup souffert et être avec Erik qui était devenu un véritable ami, la réconfortait un peu. Bien sur une seule présence ne pouvait pas calmer ses maux, mais elle appréciait ce moment passé avec lui.

Son regard scrutait chaque livre, Enora était dans sa dernière année et sauf si comme Erik, elle passerait des années plus tard, durant une bataille contre une Organisation de tarés masqués, elle n'aurait plus jamais l'occasion de remettre les pieds dans cette bibliothèque mais surtout dans les archives. Ses jambes tremblaient légèrement, ses pas restaient hésitants, elle était encore faible de la Tâche, son corps lui rappelait qu'elle avait des failles comme les autres. Elle laissait Erik contemplait un livre, et prenait un vieux bouquin dont la couverture était rouge. Ce livre lui rappelait celui que sa mère lui lisait lorsqu'elle était petite, elle avait aussi appris à lire avec lui. Elle souriait légèrement, enfin une bonne image dans sa tête, sans cadavre ou sang ou bien baguette pointée sur elle. Elle fit alors un bond, une explosion mais cette fois dans la salle où ils se trouvaient. Elle laissa le livre tomber sur le sol, laissant toute la poussière accumulée depuis des années, s'échappait des vieilles pages jaunies. Elle s'empressait de rejoindre Erik, l'air apeurée. Elle le regardait prendre un autre livre, nouvelle explosion, il riait. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait. Alors après un sourire elle écouta Erik :

« Excellent ! J’adore ! T’en connais pas d' autres dès comme ça ? »

Elle remonta les épaules et les rabaissa comme pour dire qu'elle ne savait pas, elle regardait alors les livres du même rayon. Étrange, quelques fois elle ne comprenait pas la magie. Elle se souvenait d'Isadora qui avait failli la tuer après avoir ouvert un livre. Elle maudissait encore plus son père, les livres couraient à sa perte. Elle tendait la main à Erik afin qu'il se relève.

Ça va? T'es sûr? C'est bizarre quand même, je n'avais jamais vu ça.

Elle regardait le livre de loin, prudente tout de même. Elle regardait Erik, elle s'inquiétait pour lui. L'Organisation avait truqué les livres. Elle se posait la question, elle devenait parano même pour une simple histoire de bouquin.


avatar
EriK G. Cressey
this is the wizzarding world of
Je viens de Londres
informations
Je viens de Londres
ϟ messages : 7
ϟ entrée : 09/02/2012



Message Posté Dim 15 Avr - 21:40.
They are bookworm

___________________________________________________________________________




    Je lui souriais et haussait joyeusement les épaules. De toute façons, en ces temps très obscure, autant prendre les choses à la rigolade, ou alors on allait y laisser notre peau. Je me redressai et observer les autres livres, puis reposait le livre exploseur sur son étagère. Je partais alors à l’exploration d’un autre rayon. J’allais appeler Enora pour lui poser une question sur un sujet x ou y lorsqu’ une intuition de danger me fit tourner la tête et me sauver sans doute la vie. Un sortilège perdu fit exploser une fenêtre et se dirigeait droit vers moi. Je reculais le plus rapidement possible et regardait bouche le sortilège touchait une étagère de livre. Les livres s’enflammèrent d’un seul trait le feu se propagea devant moi et je fus bloquer. Heu ouais, mais non, je fais comment pour sortir moi ? Je dirigeais ma baguette vers la bibliothèque à ma gauche et lançait un reducto un peu faiblard à mon gout. Mais il fit son boulot et les étagères furent réduites en poussière. Adieu livres de la réserve ! Je passe dans la poussière avec un discret soupir de soulagement et fait face au regard d’Enora. Je lui fait un sourire dépité.

      « Me regarde pas comme ça, c’est pas de ma faute ! »

    Bon s’est pas tout ça, mais il est temps de partir, parce que derrière nous le feu se propage doucement mais surement. Alors que je la prends par le coude, un livre mal rangé sur une des plus hautes étagères me tombe sur la tête. Il m’arrache un cris de douleur atroce, le coin est tombé violement sur le sommet de mon crane, ça fait horriblement mal. Je plaque ma main droite sur mes cheveux et sent qu’elle s’humidifie.

      « C’est pas ma journée » grogne-je.

    Je dirige ma baguette vers les étagères en feu et marmonne faiblement un aguamenti. Ma main gauche tremble et ma baguette ne produit qu’un mince filet de pluie. Ce livre a fait plus de mal que prévu, je sens que le sol tourne. Enora doit s’en apercevoir car elle m’attrape par le bras et me soutiens. Enfin elle essaye car je dois être plutôt lourd. Elle éteint comme elle peut le feu qui s’est encore un peu plus répondu, puis on sort de la réserve. Ou plutôt elle me traine dehors parce que je perds progressivement connaissance. Ce n’était vraiment pas mon jour aujourd’hui. J’imagine que demain ne le sera pas non plus.


avatar
EriK G. Cressey
this is the wizzarding world of
Je viens de Londres
informations
Je viens de Londres
ϟ messages : 7
ϟ entrée : 09/02/2012



Message Posté Dim 15 Avr - 21:45.
RP TERMINE
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

They are bookworm <Enora/Erik> TERMINE

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: Saison 1

Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Enora (serp)
» Enora Roszprach
» Le malheur rapproche les gens / ZADIG & ENORA
» Un festin pas comme les autres ... {Event 014 [Enora & Tyler]

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: