VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Would you be my Valentine? [Pv Jay]
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Harmony E. Woodville York
this is the wizzarding world of
Je suis une vipère
informations
Je suis une vipère
My sayings are biblical
ϟ messages : 61
ϟ entrée : 09/09/2014
ϟ maison : Serpentard

♦ Nota Bene
: Meilleure ennemie/Sujets/Prince (pas forcément) charmant
: Pour l'instant, pas grand chose, je suis nouvelle !
: Un pendentif, un bracelet pendule et un égo démesuré...



Message Posté Dim 30 Nov - 15:12.
Would you be my Valentine?
Un roi se doit d'être brave.


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Harmony E. Woodville York & Jeremiah Van Tessel
ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Privé
ϟ  datation approximative du moment exact ▬ 2 Décembre
ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Après-midi.
ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬  Dehors, il fait froid, mais c'est juste nuageux.
ϟ  saison saisissante et palpitante ▬  Assaisonnement de niveau 3.
ϟ chatiment divin exigible ▬  Non merci, toujours pas ! :D


Dernière édition par Harmony E. Woodville York le Mar 2 Déc - 13:30, édité 1 fois
avatar
Harmony E. Woodville York
this is the wizzarding world of
Je suis une vipère
informations
Je suis une vipère
My sayings are biblical
ϟ messages : 61
ϟ entrée : 09/09/2014
ϟ maison : Serpentard

♦ Nota Bene
: Meilleure ennemie/Sujets/Prince (pas forcément) charmant
: Pour l'instant, pas grand chose, je suis nouvelle !
: Un pendentif, un bracelet pendule et un égo démesuré...



Message Posté Mar 2 Déc - 13:16.
"Non Jean ! Ce n'est pas le moment d'aller manger ! Nous vous avons déjà donné une botte de foin à manger aujourd'hui ! Vous n'en avez pas eu assez ? Parce que si vous non, nos doigts, eux, en ont eu pour leur acompte."

Nous vous présentons Jean Flamme, Jean pour les intimes. Ironiquement, pour une fois que nous avions réussi à formuler un jeu de mots de haut niveau, et ce malgré notre manque d'humour, personne à Poudlard ne pouvait le comprendre, ce qui était vraiment dommage. Le professeur de Soins aux Créatures Magiques avait décidé de donner à chacun de ses élèves un animal dont il fallait prendre soin. Il nous avait donc choisis, nous la meilleure élève de la classe, pour prendre soin de la créature la plus difficile à prendre en charge : Un Crabe de Feu. Et dire que l'autre Gryffondor, elle, a dû prendre soin d'un simple crapaud pendant que nous, nous avions à nous occuper de ce truc qui n'arrêtait pas de nous brûler. Nous avions certes protesté face à cette injustice, qui, qui plus est, frappait une noble personne de rang et de sang royal. Comment ce professeur pouvait-il oser ? Tout simplement parce que nous étions douée pour cette matière et que ce professeur pensait que ce serait une occasion de prestige pour nous. Pour le coup, nous aurions mieux fait d'être moins douée pour cette matière et, évidemment, être quart-Vélane et avoir des prédispositions pour apprendre le langage des êtres de l'eau n'aidait pas à être moins douée.

A présent, nous devions aller au cours de Défense Contre les Forces du Mal, mais cette tête de mule de Jean Flamme insistait pour aller manger. Nous avions beau tirer sur la laisse, rien n'y faisait, et nos deux lieutenants n'étaient jamais là lorsque nous avions besoin d'eux. Ainsi nous nous résolûmes à jeter sur la créature un sort de locomotion afin de l'amener en classe où nous trouvâmes nos deux acolytes.

"Vous voilà enfin, nous avons une mission à vous confier, Jack, nous avons besoin de vous, voilà votre mission !"

Nous dîmes à Jack avant de lui mettre dans les bras le Crabe de Feu afin d'assister au cours plus assidument. Une fois dans les bras de Jack, le Crabe de Feu, se sentant menacé, se mit à le brûler. avant que nous ne prenions place et que le professeur fut arrivé.
Dès lors, nous nous mîmes à suivre le cours avec passion, et pour cause, ce professeur était tout simplement génial, il partageait avec nous son savoir, sur des choses pour la plupart très dangereuses, et nous ne pouvions nous empêcher de l'imaginer, l'été, partir dans des aventures plus braves les unes que les autres. Nous ne pouvions faire autrement que d'admirer un tel courage.
Depuis que nous devions prendre en charge Jean Flamme, nous avions compris à quel point il serait essentiel pour nous d'avoir un héritage, et qu'il valait mieux ne pas l'élever seule. Et lors de ce cours, nous avions commencé à avoir une idée sur qui pourrait nous aider pour cette tâche. Ainsi, à la fin du cours, nous arrachions la laisse des mains de Jack et nous allâmes voir le professeur, avec une arrière pensée, en lui disant :

"Nous tenons à vous dire, monsieur, merci pour ce cours passionnant, nous tenons à vous faire part de notre plus grand respect pour le courage dont vous faites preuve au cours de votre existence et qui, nous en sommes persuadée, vous mènera loin."
avatar
Jeremiah Van Tassel
this is the wizzarding world of
Je suis professeur
informations
Je suis professeur

ϟ messages : 403
ϟ entrée : 15/10/2012

♦ Nota Bene
: tout le monde est bienvenu
: cedric d.-podmore, pio da braccio, rosaleen mccardle
: sa baguette, du chocolat, des trucs



Message Posté Mar 2 Déc - 16:01.
Qui avait eu l’idée épouvantable de refiler des bestioles dangereuses en baby-sitting aux élèves ? Ah oui, bien sûr. Un seul professeur pouvait faire ce genre de choses. Il faudrait qu’il ait une sérieuse discussion avec son collègue de soins aux créatures magiques à propos de sécurité et d’apprentissage dans de bonnes conditions. Jeremiah Van Tassel, ancien auror et professeur de Défense au collège Poudlard, n’était vraiment pas convaincu par la nécessité d’apprendre aux élèves à être responsable d’une créature, surtout dangereuse. Attendez … est-ce qu’il venait juste de voir un crabe de feu ? C’était tout bonnement insensé. Bref, en attendant, il avait plus urgent à faire. La discussion houleuse sur les mérites des animaux dangereux entre les mains de jeunes élèves attendrait le repas. Le diner serait marrant à la table des professeurs ce soir.

Il fit tout de même son cours, comme si de rien était, hormis une ou deux explosions de temps en temps, qu’il éteignit d’un coup de baguette magique, et d’une morsure du à un botruc peu coopératif, qu’il finit par enfermer dans un bocal avec une expression exaspérée, promettant à l’élève de lui rendre à la fin du cours. Que d’émotions. L’heure passa ainsi, finalement moins catastrophique que prévu, et il pu enfin voire les élèves partir avec leurs tous nouveaux animaux de compagnie. S’asseyant sur le bureau, il passa sa main dans ses cheveux, toujours perplexe par ce projet d’étude hors du commun. La pause serait de courte durée, pourtant, car déjà une élève s’approchait. C’était l’une première année, mais Jey n’avait pas mis longtemps à se rappeler d’elle. Les airs qu’elle se donnait passait assez difficilement inaperçus. Il fit de son mieux pour sourire de façon professionnelle, comme un professeur sérieux et dynamique qu’il était censé être, bien qu’il ait surtout eu envie d’aller manger du chocolat dans son bureau avant de s’attaquer à la pile de copies à corriger.

Le sourire se figeât un peu, passant plutôt à une expression incertaine et surprise, suite aux paroles de l’élève.

- Euh … eh bien merci Mademoiselle Woodville-York. C’est très aimable à vous.

Et qu’y avait-il à dire à cela, vraiment ? Il n’en avait pas la moindre idée. C’était certes très gentil de sa part de dire cela, d’autant plus après les terribles épreuves que ces dernières années avaient apportées. Il avait tendance à trouver qu’il n’en faisait pas assez, donc c’était très appréciable d’entendre vanter ses qualités par quelqu’un d’autre. Toutefois, il ne voyait pas très bien pourquoi elle venait lui dire ça maintenant. De la gentillesse gratuite ? Il en doutait un peu. Harmony, si jeune fut elle, n’avait pas l’air de quelqu’un qui dispensait les compliments pour rien. Il avait entendu dire que sa famille l’avait en quelques sortes éduquée pour devenir reine, ou quelque chose dans ce goût. Cela voulait dire qu’elle voulait probablement quelque chose. Pas besoin d’avoir été auror pour deviner ça. Il décida de poser directement la question, puisqu’il ne servirait à rien de tourner autour du pot avec une jeune fille. Il respectait trop les enfants pour les prendre pour des idiots.

- Puis je vous demander ce que me vaut cet honneur ?

Pendant ce temps, il regardait avec suspicion le crabe de feu, prêt à parer à tout coup fumeux de l’animal … si vous me pardonnez le jeu de mot. Vraiment une idée ridicule, confier ces bestioles à des enfants.


Dernière édition par Jeremiah Van Tassel le Mer 3 Déc - 10:49, édité 1 fois
avatar
Harmony E. Woodville York
this is the wizzarding world of
Je suis une vipère
informations
Je suis une vipère
My sayings are biblical
ϟ messages : 61
ϟ entrée : 09/09/2014
ϟ maison : Serpentard

♦ Nota Bene
: Meilleure ennemie/Sujets/Prince (pas forcément) charmant
: Pour l'instant, pas grand chose, je suis nouvelle !
: Un pendentif, un bracelet pendule et un égo démesuré...



Message Posté Mar 2 Déc - 22:01.
Il était reconnaissant, c'était un bon début, mais nous ne savions que très peu comment faire face à une telle réaction. Certes, il semblait reconnaissant, mais il n'y avait pas que ça, son visage exprimait aussi une certaine gène, comme s'il ne nous faisait pas entièrement confiance, quant à quoi, nous ne savions donc. Nous faisions toujours preuve de respect envers les personnes qui nous respectaient, et ce professeur nous ayant toujours respectée, nous n'avions aucune raison d'être l'objet d'une telle méfiance. Lors de ce cours-ci, Jean-Flamme avait certes un peu brûlé certaines personnes, mais c'était avant tout des personnes mal intentionnées qui avaient voulu l'embêter et la pauvre créature n'avait fait que se défendre, et nous pouvions envisager cela. Ainsi, nous répondîmes en conséquence :

"Mais de rien, il faut dire ce qu'il est Professeur. Quant à Jean-Flamme, assurez-vous qu'il est une créature docile et bien dressée, il ne viendrait pas à son idée de troubler le cours si ce n'était pour une bonne raison, or, nous avons cru comprendre que certains élèves avaient tenté de l'embêter, en pensant qu'il nous attaquerait, au final, ils n'ont eu que le sort qu'ils méritaient."

Nous espérions surtout ne pas le froisser, s'il était destiné à être notre bien-aimé, nous n'aimerions pas que notre relation commence ainsi. Et il était si parfait, il ferait un si bon Roi, nous préférions éviter de gaspiller cette chance. Lorsqu'il nous demanda ce qui lui valait cet honneur, nous comprîmes qu'il eût compris. Peut-être pas tout, peut-être rien du tout, peut-être ne savait-il rien, tout en sachant qu'il existait quelque chose. Ca ne pouvait être autrement, à moins que. A moins qu'il n'ait vu, pendant son cours, nos yeux rêvassant en le contemplant et en imaginant notre vie future, à ses côtés. Nous, assises sur le trône, à prendre les décisions qu'il fallait et lui, conduisant nos troupes à la victoire, faisant à nouveau étinceler la monarchie britannique aux yeux du reste du monde. De toute façon, il ne pouvait refuser notre offre, oh bien sûr, il avait le choix, mais qui pouvait refuser une telle offre ? Seul un fou refuserait. Il accepterait surement lorsque nous lui aurons clairement formulé notre offre, c'est certain.

Ainsi, comprenant qu'il ait compris, nous baissions les yeux en lui tournant le dos pour regarder par la fenêtre. Cela pouvait ressembler à une manière théâtrale, mais pour nous, ce fut tout à fait spontané, comme c'était rarement notre cas.

"Il se trouve que...voilà, nous avons une faveur à vous proposer, enfin, plus une offre à vous faire qu'une faveur que vous devriez nous faire."

Nous avions exprimé notre besoin, sans être plus claire que cela, maintenant, il savait, c'était sûr, même s'il ne savait pas quel était ce besoin. Mais concernant ce dernier, il valait mieux y aller en douceur, pour ne pas qu'il soit trop sous le choc. Cette offre était une grande opportunité, mais nous craignons qu'il ne s'y attende pas et que cela crée en lui un choc. Nous devions donc faire preuve de prudence en introduisant un peu le sujet avant de l'envoyer frontalement...Et en parlant de frontalement, nous nous retournions en une seule fois pour lui faire face avant de lui dire :

"Vous savez, un pays se doit d'avoir des dirigeants valeureux et prêts à tout pour leur nation. Prêts à tout faire pour que leur nation brille de mille feux et ce pour l'éternité. N'êtes-vous donc pas de mon avis ?"
avatar
Jeremiah Van Tassel
this is the wizzarding world of
Je suis professeur
informations
Je suis professeur

ϟ messages : 403
ϟ entrée : 15/10/2012

♦ Nota Bene
: tout le monde est bienvenu
: cedric d.-podmore, pio da braccio, rosaleen mccardle
: sa baguette, du chocolat, des trucs



Message Posté Lun 8 Déc - 12:20.
Jey n’était pas entièrement convaincu par le ton rassurant de l’élève quant à son nouvel animal de compagnie. La spécialité de Jey n’était pas les créatures dangereuses, mais même lui avait assez de connaissances sur le sujet pour savoir qu’un crabe de feu n’était pas un animal rationnel, et qu’il était hautement improbable d’en dresser un pour répondre aux ordres. Il se souvenait d’une occurrence où le frère de son ami Pió, pourtant lui-même spécialiste des dragons, s’était retrouvé méchamment brulé au bras à cause d’une de ces créatures qu’on lui avait assuré être sans danger. Jey savait en outre qu’il avait été classé comme dangereux par le Ministère … au temps où le Ministère savait de quoi il parlait et ne tuait pas les gens sans raisons, bien entendu. Mais enfin, ce n’était pas sa préoccupation première du moment, donc il laissa courir pour cette fois, et relâcha sa vigilance face à la bestiole.

Il reporta son attention sur la jeune fille et ce qu’elle avait à dire, sans l’interrompre, déjà car c’était fort impoli, mais aussi car il avait le sentiment qu’elle n’aimerait pas vraiment qu’on lui coupe la parole. Il restait perplexe, et sa perplexité grandissait d’ailleurs au fur et à mesure des paroles qu’elle prononçait. Il avait beau réfléchir, il ne comprenait pas bien où elle voulait en venir. La dernière tirade lui fit penser qu’elle avait peut être besoin d’un conseil. Surement, ce devait être ça. Ainsi ce que Jey avait entendu dire était vrai, et elle cherchait un avis auprès d’un adulte qu’elle jugeait assez compétent pour le lui donner. Il se demanda brièvement si « conseiller royal » ferait bien sur son cv, et essaya de ne pas rire à sa propre blague. Si seulement il savait. Il se mit en devoir de répondre le plus sérieusement du monde, car après tout, il ne serait pas dit que Jeremiah Van Tassel refuserait une réponse à un élève perdu ou inquiet.

- Eh bien, cela me semble tout à fait logique. Si un royaume veut prospérer, il doit avoir des dirigeants solides. Cela fait sens.

Il hocha la tête pour appuyer son propos. Il ne se doutait pas que cela donnerait plus d’eau au moulin de la réflexion d’Harmony. Il pensait qu’elle avait des doutes, et qu’elle avait besoin de quelqu’un pour lui répondre avec honnêteté et sérieux. Ce devait être une éducation assez lourde à assumer pour une petite fille, et Jey était désolé pour cela. Il se promettait d’ailleurs mentalement de ne pas élever ses enfants d’une façon similaire s’il en avait un jour. Pas qu’il aurait jamais de raison d’élever de futurs rois et reines, bien sûr, mais il ne voulait pas contraindre ses enfants à devenir médicomage, ou auror, ou quoi que ce soit, juste parce qu’il pensait que c’était leur destin ou que ça serait bon pour eux. Il avait eu la chance d’avoir des parents qui l’avaient laissé libre de décider, même quand il avait choisit de démissionner du bureau des aurors, et il en était heureux.

Il sortit de cette pensée pour demander tranquillement.

- Pourquoi ? Vous craignez de ne pas réussir ? Je suis sure que vous n’avez pas à vous en faire.

Après tout, il y avait peu de chances qu’elle monte véritablement sur le trône. Mais ça, il ne lui dirait pas directement, bien entendu. Ce n’était pas sa place de faire ce genre de remarque. Elle aurait bien le temps de comprendre par elle-même en grandissant, ou pas d’ailleurs … elle pouvait toujours rester bloquée sur cette idée toute sa vie, dans un vieux château qui laisse entrer les courants d’air. En attendant, il essaierait de lui répondre de son mieux.


Spoiler:
 
avatar
Harmony E. Woodville York
this is the wizzarding world of
Je suis une vipère
informations
Je suis une vipère
My sayings are biblical
ϟ messages : 61
ϟ entrée : 09/09/2014
ϟ maison : Serpentard

♦ Nota Bene
: Meilleure ennemie/Sujets/Prince (pas forcément) charmant
: Pour l'instant, pas grand chose, je suis nouvelle !
: Un pendentif, un bracelet pendule et un égo démesuré...



Message Posté Ven 12 Déc - 19:04.
Jusqu'ici, Jean Flamme se tenait à carreau, il regardait un peu autour de lui, mais il était loin de se sentir menacé, la pièce était d'autant plus vide qu'il y a déjà quelques minutes, et les menaces se faisaient de plus en plus rares, ce qui pourrait de moins en moins justifier une réaction enflammée. La seule menace présente était le professeur de Défense contre les Forces du Mal, qui, lui, était trop absorbé par la conversation pour être une sérieuse menace. Constatant qu'il n'en était pas une, Jean Flamme s'approcha du professeur pour l'évaluer sous tous les angles.

"Oh ! C'est mignon ! Il semblerait que notre Jean Flamme vous aime bien !"

Pendant ce temps, nous nous occupions à diriger la conversation où nous le voulions. A la vue des réponses assez positives du professeur, nous pouvions constater qu'il fut une bonne chose de ne pas attaquer le sujet de front et de commencer en douceur. A priori, il n'y avait pas d'inquiétudes à avoir, il accepterait sûrement. Après tout, il avait l'air de nous apprécier, en même temps, qui ne nous apprécierait pas ? Déjà nous étions d'accord sur un point, cela nous faisait un point commun supplémentaire.

"Nous étions sûre que vous seriez d'accord avec nous. En effet, les dirigeants d'une nation se doivent d'avoir les épaules qu'il faut pour mener leur pays vers l'épanouissement. Ils se doivent d'être forts et courageux."

Cependant, le professeur ne semblait pas du tout voir où nous voulions en venir, ce qui était d'un côté une bonne chose car cela nous permettait de ne pas être trop brutale, cependant, ses réponses avaient une légère tendance à nous éloigner du sujet. Ici, le professeur avait l'impression que nous craignions de ne pas être à la hauteur, alors que ce n'était pas le sujet ici. Bien sûr que non nous ne craignions pas une telle chose, notre éducation toute entière nous avait donné les clefs pour faire en sorte que notre règne se réalise un jour, notre lignée toute entière s'était vouée à cette cause aussi loin que l'on pouvait la tracer. Comment se pourrait-il que nous échouâmes ?

"Non, bien sûr, nous n'avons pas de telles inquiétudes par rapport à cela. Notre éducation est telle qu'il nous est impossible d'échouer, notre règne viendra, tôt ou tard, nous n'avons pas peur des responsabilités. Et s'il faut, pour le bien du pays que nous intervenions à l'instant pour sauver la nation du chaos dans lequel elle plonge actuellement, alors nous le ferions sans hésiter."

A présent, il était temps pour nous de rediriger la conversation là où nous le voulions, mais à ce moment-là, Jean Flamme laissa échapper un petit cri qui nous fit nous-même sursauter. La pauvre créature devait certainement s'impatienter, mais voilà, Jean-Flamme devrait prendre son mal en patience pendant que nous discutions de choses de grande importance, décidant du destin du pays tout entier.

"En revanche, là où nous pourrions avoir des raisons de nous inquiéter, voyez-vous, c'est que...Voilà, toute Reine a besoin d'un Roi, comprenez-vous ? Et tout le monde n'a pas forcément ce qu'il faut pour être Roi, il faut quelqu'un d'une grande force de caractère pour pouvoir diriger le pays vers des jours meilleurs, or, de telles personnes se trouvent être très rares."

Désolé:
 
avatar
Jeremiah Van Tassel
this is the wizzarding world of
Je suis professeur
informations
Je suis professeur

ϟ messages : 403
ϟ entrée : 15/10/2012

♦ Nota Bene
: tout le monde est bienvenu
: cedric d.-podmore, pio da braccio, rosaleen mccardle
: sa baguette, du chocolat, des trucs



Message Posté Sam 20 Déc - 16:19.
Jey n’était pas très sûr de ce que lui inspirait l’idée d’être apprécié par une créature explosive. Pas vraiment de l’enthousiasme, il faut l’avouer. Il jeta un regard furtif à la bestiole avec une moue, mais ne s’attarda pas plus sur la question. Après tout, l’animal ne lui avait rien fait non plus, il serait cruel de lui en vouloir simplement pour exister. Il y avait bien suffisamment de personnes pour déplorer l’existence des crabes de feu, ou d’autres créatures dangereuses, tout en oubliant qu’après tout, ces bêtes avaient bien le droit de vivre. On n’était pas obligé non plus d’aller les embêter, n’est ce pas ? Et puis, du point de vue de Jey, les sorciers eux-mêmes étaient probablement les plus cruels et dangereux prédateurs de leur monde. Les événements des dernières années n’avaient-ils pas démontré cela, quand ils s’étaient entretués pour des questions de tournoi, de pouvoir, et d’argent ? Les créatures, elles, tuaient le plus souvent pour manger ou quand elles se sentaient menacées … à quelques exceptions. C’étaient tout de même des raisons autrement moins cyniques et triviales.

Il écouta l’élève parler en hochant un peu la tête aux moments qu’ils jugeaient opportuns, n’osant pas intervenir et la couper dans son élan. Il sentait qu’ils en venaient au but de la conversation, et souhaitait avoir l’explication. Pas le moment donc de rebondir sur des questions de politique ou de gestion d’Etat pour lesquelles il n’avait de toute façon aucune compétence. Il eu un sourire ironique en l’entendant évoquer à demi mots la situation actuelle. Elle n’avait pas tord en un sens. Le chaos qui avait émergé ces derniers temps pouvait laisser penser, pour une personne ayant reçue l’éducation d’Harmony, que l’on pourrait éventuellement avoir besoin d’elle. Il n’était pas sûr que la population magique de Grande Bretagne en revanche accepte une monarchie si facilement. Ils étaient attachés au Ministère malgré tout. Pourtant, Jey ne fermait aucune porte totalement. La France et la Russie magiques étaient toutes les deux des monarchies, et il n’était pas entièrement ridicule d’imaginer que l’on se tournerait potentiellement vers ce type de régime si les institutions continuaient à se montrer peu stables.

Un roi. Oui, d’accord. Il ne comprenait toujours pas où elle voulait en venir. Il ne semblait pas à Jey qu’il était le meilleur conseiller en matière matrimoniale, et honnêtement, il aurait bien été incapable de lui désigner un potentiel parti. D’ailleurs, il ne trouvait pas très sain qu’une fillette de onze ans soit placée dans une telle situation, liée à quelqu’un par une promesse de mariage ou ce genre de chose, et ça le dérangeait encore plus que l’enfant le pense d’elle-même. Il fallait vraiment que quelqu’un ai une discussion avec les parents sur la nécessité de laisser les enfants grandir en paix. Etait-ce bien sa place ? Probablement pas. Mais quelqu’un devait bien s’en charger. Toujours était il qu’il pencha la tête sur le côté, sourcils froncés.

- Probablement oui, quoique vous avez bien le temps avant de vous poser ce genre de question. Mais, qu’est ce que cela a à voir avec moi ? Je crains de ne pas avoir de prétendant en tête à vous proposer.


Spoiler:
 
avatar
Harmony E. Woodville York
this is the wizzarding world of
Je suis une vipère
informations
Je suis une vipère
My sayings are biblical
ϟ messages : 61
ϟ entrée : 09/09/2014
ϟ maison : Serpentard

♦ Nota Bene
: Meilleure ennemie/Sujets/Prince (pas forcément) charmant
: Pour l'instant, pas grand chose, je suis nouvelle !
: Un pendentif, un bracelet pendule et un égo démesuré...



Message Posté Mar 23 Déc - 0:37.
Spoiler:
 

Nous ne nous soucions que très peu de Jean Flamme qui était à présent hors de notre champ visuel. Cependant, nous lui donnions toute notre confiance, surtout à cause du fait que s'il avait dû faire quoi que ce soit, il l'aurait déjà fait en se sentant menacé, or, ce ne fut pas le cas. Du moins, jusqu'ici. Car, loin de la vue et de l'ouïe de notre interlocuteur et de nous, un hibou maladroit, certainement la propriété d'un élève de seconde zone, se dirigeait vers Poudlard d'un vol titubant, comme s'il avait été gavé de Bierraufeu, un mix de Bierraubeurre et de Whisky Pur Feu. Les yeux mi-clos, personne, ni même l'oiseau de malheur ne devinait ce qui se passerait à présent, quelque chose de funeste, mais inévitable. Dans un bruit de fracas, l'oiseau rencontra la fenêtre, et lui brisa le cœur, et pas que, puisque la fenêtre se brisa en mille morceaux. Ce qui était ironique pour un tel piaf aux plumes sales et hirsutes. Nous fîmes un mouvement en quête de notre baguette dès que le bruit se fit entendre, et dès lors que notre baguette fut prête à jeter le moindre sort, nous n'avions que peu de temps restant pour ce faire. En effet, l'oiseau de malheur se dirigeait tout droit sur le professeur, et risquait de le frapper en plein visage. Le seul sort qui nous vint alors en tête pour éviter le désastre ne fût certainement pas le meilleur.

"Accio hibou !"

Sans qu'il n'y comprenne quoi que ce soit, l'oiseau dévia de sa trajectoire dans un joli arc-de-cercle qui finit sa course au creux de notre royal rein alors que notre baguette fit d'elle-même un sort qui ne nous convenait que trop peu. En effet, le tableau vers lequel elle était dirigée se décrocha, tombant sur le sol alors que nous tombions par terre, sans bien sûr ressentir de douleur grâce à notre pendentif. Cependant, la chute du tableau, additionnée au débarquement de l'oiseau, provoqua trop de crainte en Jean-Flamme qui enflamma le tableau qui était lui-même proche de lui et du professeur. Ni une, ni deux, nous nous relevâmes bravement et réparâmes la vitre d'un Reparo bien utilisé sur le chemin qui nous menait aux flammes, que nous éteignîmes en usant d'un sortilège d'Aguamenti. Une fois Jean Flamme calmé et le feu éteint, nous reprîmes notre conversation alors que Jean Flamme allait taquiner le moineau.
Concernant la conversation, nous avions fait l'effort d'être claire, cependant, il s'avéra que ce ne fut pas assez, le professeur ne comprenait-il donc pas que nous n'attendions aucun conseil de sa part mais seulement une décision ? Qu'y avait-il de mal à ce qu'une élève épouse un professeur une fois ses études terminées ? Après tout, à ce moment-là, elle serait majeure et certainement vaccinée. Alors pourquoi excluait-il d'emblée cette éventualité ? A moins qu'il n'ait compris tout de suite, mais refusait la proposition parce que nous ne lui plaisions pas, mais cela n'était pas possible, cette offre était impossible à refuser.

"Il se pourrait que, malheureusement, nous n'ayons pas le temps professeur, notre règne pourrait commencer bien plus tôt que prévu, et dès lors, nous ne pourrons prendre le trône qu'à condition d'avoir un promis. Cependant, nous ne sommes pas venue ici pour vous demander conseil, nous avons bien une personne en tête, mais il nous faut maintenant savoir si elle accepterait de telles responsabilités qui pourtant lui conviendraient."
avatar
Jeremiah Van Tassel
this is the wizzarding world of
Je suis professeur
informations
Je suis professeur

ϟ messages : 403
ϟ entrée : 15/10/2012

♦ Nota Bene
: tout le monde est bienvenu
: cedric d.-podmore, pio da braccio, rosaleen mccardle
: sa baguette, du chocolat, des trucs



Message Posté Sam 17 Jan - 17:07.
Jey tournant le dos à la fenêtre, n’avait pas eu conscience du vol titubant –si toutefois le qualificatif convient au planage d’un volatile- du hibou qui lui fonçait droit dessus. Il aurait peut être du avoir un doute en voyant le mouvement de son élève, ou percevoir le son du déplacement d’air créé par les ailes de l’oiseau. Il avait été formé à ça pendant des années après tout, mais il fallait croire qu’il se laissait aller un peu depuis qu’il était professeur. C’était le genre de chose qu’il n’aurait pas loupé il y avait deux ans, lorsqu’il avait reçue la mission de protéger Courterois. Là, il fallut que l’élève intervienne, avant que le hibou n’entre en collision avec lui. Tout s’enchaina ensuite très vite, et le professeur n’était pas très sur de ce qu’il se passait, pour être honnête. Néanmoins, ils arrivèrent rapidement à réparer les dégâts, elle à coups de sorts et lui en s’adressant au crabe de feu pour qu’il soit calmé par le son d’une voix humaine. Cela eu l’air de fonctionner, et l’ex auror pria mentalement pour que l’animal ne décide pas de vraiment se prendre d’affection pour lui. Après tout, qui sait comment ces bestioles réfléchissent. Jey s’était à peine remis de la mort de son fléreur domestique, que les traqueurs lui avaient enlevé le printemps passé, et il n’avait pas très envie qu’une créature magique explosive se décide à lui rester dans les pattes. Enfin, il était surement bien surveillé par l’élève cela dit. Au moins, elle avait le sens des responsabilités contrairement à beaucoup de jeunes de son âge. Il faut savoir attribuer ses qualités à chacun.

Cela dit, le retour à la conversation de la part de l’élève n’arrangeait pas plus l’écossais. Elle parlait par phrases détournées, ou vagues, ce qui était surement très bien pour une monarque, mais qui rendait Jey de plus en plus perplexe au fil du discours. Elle ne voulait quand même pas de conseils matrimoniaux de sa part ? Jey n’était pas qualifié en matière d’arrangement de mariage, ni sur la meilleure manière d’annoncer ce genre d’intentions aux gens –la preuve-, et il ne voyait pas très bien en quoi cela le concernait. N’avait elle pas des conseillers pour envoyer ce genre de choses par courrier ? Quoique, elle voyait peut être l’ex auror comme une personne de confiance, plus à même de régler la question, surtout s’il s’agissait d’un élève. En tout cas, cette discussion commençait à donner la migraine à l’écossais.

- Mademoiselle Woodville … je ne suis pas sure de bien comprendre ce que vous voulez exactement. Conseiller matrimonial n’est pas vraiment dans mes attributions. Si vous pouviez me dire clairement ce que vous attendez de moi ou comment je peux vous aider, j’avoue que ça me faciliterait la tâche.

Bon, il espérait ne pas y être allé trop fort, mais il préférait couper court au tournage autour du pot qui semblait marquer la conversation depuis son commencement. Il n’avait pas été élevé à dénouer les fils des conversations alambiquées, et préférait qu’on lui dise les choses de façon directe et claires. Et puis, il avait un sacré paquet de copies à corriger, et celle-ci n’allait pas diminuer de sa propre initiative, et il espérait donc pouvoir retourner dans son bureau pour y procéder lui-même. Ainsi, couper court à l’échange de paroles lui paraissait une bonne idée.

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Would you be my Valentine? [Pv Jay]

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: defense against the dark arts room

Sujets similaires

-
» Valentine Day
» happy valentine
» Marie Valentine [UC]
» Peindre du bois lasuré
» 06. Slushy for his Valentine

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: