VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

DAISY&DESTINY Ϟ we are prisoners [PM]
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Destiny H. McGregor
this is the wizzarding world of
J'aime les étudiants
informations
J'aime les étudiants

ϟ messages : 688
ϟ entrée : 26/01/2013
ϟ maison : Anciennement serpentard, satut qui a fait sa fierté puis sa honte tout au long de sa scolarité.

♦ Nota Bene
: À voir.
: Pas encore.
: Rien du tout.



Message Posté Dim 5 Jan - 1:30.
we are prisoners
Blouse orange et tout le bordel


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Daisy M. McBerry
ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Privé
ϟ  datation approximative du moment exact ▬ Je ne sais pas vraiment, après l’événement spécial, lorsqu'elles ont été amenés au sixième étage.
ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Début de matinée, au réveil.
ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬  Aucune des deux ne le sait, la cellule ne contient pas de fenêtre.
ϟ  saison saisissante et palpitante ▬  Saison 3.
ϟ  intrigue globalement intriguante ▬  Prélude saison 3.
ϟ chatiment divin exigible ▬  Nop

_________________
let a sky comes falling down
Céder aux exigences d’un tyran ça fonctionne jamais. Même si vous leur donnez ce qu’ils demandent c’est jamais suffisant. La seule solution c’est de le combattre. Même si on doit en payer le prix. -it's time to beging
avatar
Destiny H. McGregor
this is the wizzarding world of
J'aime les étudiants
informations
J'aime les étudiants

ϟ messages : 688
ϟ entrée : 26/01/2013
ϟ maison : Anciennement serpentard, satut qui a fait sa fierté puis sa honte tout au long de sa scolarité.

♦ Nota Bene
: À voir.
: Pas encore.
: Rien du tout.



Message Posté Dim 5 Jan - 2:11.


Elle respire difficilement dans la pénombre. L'air est étouffant, suffoquant. Elle tousse légèrement. Elle ne sait pas quelle heure il est. Son court sommeil a été truffé de cauchemars. Mais elle ne se pleins pas, elle serre les dents. Elles sont trois à serrer les dents. Trois dans cette cellule si petite. Elles n'ont même pas pu s'allonger correctement pour avoir ne serait-ce que la possibilité de dormir un peu. Dormir, un besoin vital qui se fait de plus en plus rare ces derniers jours. Les cauchemars hantent l'esprit de Destiny, si bien qu'elle préfère garder les yeux ouverts. Elle n'ose bouger, de peur de réveiller une des deux personnes qui l'accompagnent. Elles sont malades, complètement. Au final, quand on y réfléchit, c'était complètement idiot de réagir de cette façon, d'essayer de se conduire en héros, c'est sûrement ce que les autres penseront, mais ce n'est pas comme ça que ça s'est passé dans son esprit. Pour elle, il n'y avait que ça. Tout s'est enchaîné si vite, Emma, la lettre, les aurors. La provocation. Elle n'a pas voulu faire ça pour impressionner les autres. Non, elle a voulu faire ça pour eux. Quand elle a croisé le regard de l'auror, c'est venu d'un coup. Elle n'a pas hésité. Et tant pis si ça la fait venir ici, tant pis si elle va souffrir. Elle a fait quelque chose pour Poudlard, c'est déjà ça. Elle en est fière.

Sa bouche est pâteuse, elle n'a pas bu depuis la veille. Si elle avait su... elle aurait au moins avalé un litre d'eau. Rien que l'image d'une boisson coulant le long de sa gorge fait gargouiller son ventre. Elle pose une main dessus, comme si elle espérait que ça allait l'arrêter. Mais rien n'y fait. Elle a tellement soif, tellement faim. Emma et Daisy dorment toujours, elle pense. Elle ne veut pas les réveiller, elle sait combien c'est dur de trouver le sommeil ici. Elle se mord les lèvres pour ne pas parler, elle voudrait s'excuser mais elle ferait encore plus de bruit. Sa position est inconfortable. Son dos est appuyé contre quelque chose de dur et de pointu. Elle est ravie de ne rien voir, elle ne veut pas savoir ce que c'est ni même l'imaginer. Elle ferme les yeux, mais rien ne change, c'est comme si elle les gardaient ouvert. Elle se sent enfermée et elle déteste ça. Elle n'est pas claustrophobe, mais Merlin ce que c'est dur d'avoir les idées claires dans un lieu comme celui-ci. Et elle a froid, en plus de ça. Elle referme ses bras sur son torse dans un bruissement de tissu. Ses yeux fixent quelque chose, en auteur, le vide, en réalité. Elle se sent si seule. Tout est si silencieux.

Est-ce qu'il y a d'autres cellules à côté de la leur ? Elle n'en sait rien. Elle se pose des questions à elle-même, elle réfléchit. Combien de temps vont-ils rester ici ? Que vont-ils leur faire ? Des atrocités, sûrement. Comme ce garçon de serpentard, sortit de là totalement changé. Et lui, il n'avait sûrement pas fait quelque chose d'aussi grave que d'insulter le ministre de la magie devant une dizaine d'aurors. Elle pose sa tête contre le mur, un peu trop fort, car son crâne cogne le mur bruyamment. La douleur se repend dans sa boîte crânienne si rapidement qu'elle étouffe un soupir de douleur. Elle a envie de hurler sa rage, dans le noir. Elle a envie de tout casser pour sortir d'ici. De trouver une trappe cachée ou quelque chose d'autre. Elles ont déjà cherché hier soir, mais il n'y avait rien, bien sûr. Et puis même, si elles arrivent à sortir en douce, que feront elles ? Fuiront-elles à Londres, où le ministère contrôle tout ? Elle ne se donne pas deux heures pour mourir ou être capturé de nouveau. Elle a tellement envie que tout cela cesse. Mort à Pritchard. Ces mots, elle les pense, du plus forts qu'elle peut. Elle a même l'impression de les avoir dit car au même moment, un soupir brise le silence pesant de la pièce. Tout près de son oreille. Elle se tourne vivement, tend l'oreille. Quelqu'un semble s'être réveillé, à sa gauche. Elle sait que c'est Daisy qui bouge, c'est elle dont elle est la plus près. Emma s'est endormi très tard, elle a murmuré et bouger toute la nuit, Destiny l'a entendu dans son sommeil. D'une faible voix, elle tente alors. « Daisy ? C'est toi ? » Les mots ont eu du mal à sortir. Sa voix est rauque, surement à cause de l’assèchement dans sa gorge.

_________________
let a sky comes falling down
Céder aux exigences d’un tyran ça fonctionne jamais. Même si vous leur donnez ce qu’ils demandent c’est jamais suffisant. La seule solution c’est de le combattre. Même si on doit en payer le prix. -it's time to beging
avatar
Daisy M. McBerry
this is the wizzarding world of
J'aime les étudiants
informations
J'aime les étudiants

ϟ messages : 590
ϟ entrée : 02/06/2012

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: vos relations principales ici
: ce que vous avez sur vous en ce moment même.



Message Posté Ven 7 Mar - 12:27.
we could have a small reunion
for all the people that we knew, we'll all get drunk and celebrate, here's to me and here's to you  

Nos actions nous définissent. Elles nous rangent du côté du bien, du côté du mal. Ce sont elles qui décident de notre avenir dans ce monde, de notre impact. Grâce à elles, nous pouvons être reconnue, célébré, adulé. Ou au contraire détesté. Et elles peuvent vous amener dans des endroits où vous auriez préféré ne jamais aller. On avait fait une connerie. J'avais fait une connerie. Et je m'étais retrouvé là, dans le noir et le froid, à ne pas savoir ce qui m'attend, ce qu'ils vont me faire, nous faire. Des cris lointain. Je peux imaginer leurs visages, déformés par la douleur atroce qu'ils leur font subir. Bientôt je serais l'un d'entre eux. Bientôt j'allais moi aussi être torturé, questionné Et j'avais peur. Car je ne voulais pas y aller. Non je ne voulais pas subir ça, souffrir. Mais je l'avais cherché, nous l'avions cherché. Alors je devais y faire face, sans quoi ça me boufferait de l'intérieur. Je tremble, je frémis. On a passé toute la nuit dans cette cellule sombre et humide, sans rien pour nous réchauffer, sans rien à quoi nous raccrocher. Car on ne voyait rien. Je tendis ma main devant mes yeux. Rien. Que le noir. Mort à Pritchard. Ces trois mots qui nous avaient envoyé ici, dans ce trou à rat, là où personne ne ressortait indemne. Je ne voulais pas pleurer, parce que je voulais me montrer forte, intrépide, sans peur. Alors je me mordais la lèvre supérieure, pour empêcher cette larme de couler, pour l'empêcher de montrer ma vulnérabilité. Destiny et Emma étaient des filles fortes elles. Elles n'avaient pas besoin de faire semblant, c'était inné chez elle. Je ne voulais pas être la plus faible des trois, la pleurnicharde, celle qui fera tomber toutes les autres. Alors je jouais la dure. Mais au fond, je n'avais envie que d'une seule chose : m’effondrer.

Une goutte d'eau qui tombe continuellement. Je tourne la tête, agacée. Ploc, ploc ploc. Ce bruit me rends folle. Je n'en peux plus. Non, je n'en peux plus d'être dans cet endroit, de ne pas voir la lumière du soleil, d'être condamnée à souffrir. Je soupir. Puis j'entends un bruit. Du mouvement, non loin de moi. Probablement Destiny. « Daisy ? C'est toi ? » Oui c'était bien elle. Je me redresse difficilement. Passer une nuit entière allongée sur un sol en pierre laisse des marques. « Oui, c'est moi. » Ma voix tremble. Je ne sais pas ce qu'il va nous arriver. Je ne sais pas si on va s'en sortir, et j'ai besoin de parler, pour évacuer mes peurs, pour me sentir soutenue, protégée. « J'ai peur Destiny... » J'avais peur de tout, du moindre bruit, du moindre son. J'avais pas qu'un garde ouvre la porte subitement, emporte l'une d'entre nous, et que celle-ci ne revienne jamais. Mais on avait fait la bonne chose à faire. Diversion, pour aider les autres. On avait servis d'appât, et maintenant nous devions payer nos actions. « Qu'est-ce qu'il vont nous faire, tu crois ? » Je n'avais pas envie de mourir, pas là, pas maintenant, pas comme ça. Mais je m'imaginais le pire. « J'ai pas envie de mourir... » Je pars en sanglot, parce que je ne peux rien faire d'autre. Je suis prise au piège, nous sommes prises au piège. Et je me sens impuissante. Pleurer est la seule chose que je puisse faire pour me libérer de ce fardeau. Mon masque tombe, car je ne suis pas assez forte pour le garder. Non, je ne suis pas comme Destiny ou Emma, et je ne peux pas leur faire croire. Les larmes coulent, et le silence s'installe. Un long silence, brisé par mes pleurs. Je n'arrivais plus à m'arrêter. Non, tout sortait, tout ce que j'avais gardé en moi pendant tout ce temps, pendant trop de temps. Je m’effondrais, et cela me faisais le plus grand bien. Tomber pour mieux se relever, comme le disait le proverbe. C'est lorsque l'on est au plus bas qu'on trouve la force pour se redresser, pour se battre. On puisait dans cette énergie qui nous était inconnue, cette réserve utile qu'en temps de crise. On nous poussait dans nos retranchements, acculées dans cette petite pièce sombre. Tout ça pour se battre, pour alimenter notre rage. Et nous allions nous battre.
avatar
Destiny H. McGregor
this is the wizzarding world of
J'aime les étudiants
informations
J'aime les étudiants

ϟ messages : 688
ϟ entrée : 26/01/2013
ϟ maison : Anciennement serpentard, satut qui a fait sa fierté puis sa honte tout au long de sa scolarité.

♦ Nota Bene
: À voir.
: Pas encore.
: Rien du tout.



Message Posté Ven 7 Mar - 13:36.
Suffering is necessary to advance
It's the moment to truth ans the moment to lie, the moment live and the moment to die  



« J'ai peur Destiny... » Qui n'aurait pas peur, dans une situation comme celle-ci ? Sûrement pas elle. Elle l'avait vu, Adam, l'ancien serpentard qu'elles avaient secouru, Daisy et elle. Elles savaient ce qu'il se passait au sixième étage car elles y été déjà venue. Et ils étaient capables de tout. De torturer, d 'écorcher, de mutiler et même de tuer. C'est pour cette raison que son ambition ne faiblissait jamais. Il fallait arrêter ça. Il fallait les chasser au plus loin de Poudlard, de leur maison. Était-ce encore leur maison ? Difficile à dire, plus rien n'était pareil. Ce n'était plus une école, c'était une prison. À peine pouvait elle toucher sa baguette. À peine pouvait-elle assister aux cours. C'était comme ça à présent. Ils tiraient les ficelles. Animaient le château de leurs idées tordues. Ils en riaient, de voir la souffrance dans les yeux. Et elle voulait qu'ils souffrent, autant qu'ils avaient tous souffert. Elle voulait tirer les chaînes, leur attacher autour du poignet, les voir sangloter en la suppliant de les laisser partir. Elle avait une haine nouvelle enfuie en elle. Elle avait cette rage de vaincre. Cette rage de les faire partir. « N'ai pas peur, Daisy. Ils sont comme des chiens enragés. Ils sentent la peur dans nos voix. Et ils nous détruisent d'autant plus, après. » La voix plus roque encore, plus dure. Elle ne veut pas la brusquer mais lui dire que tout va s'arranger ne la soulagera pas. Ce serait une trahison. Ce serait lui cacher la vérité. Parce qu'elle fait bien d'avoir peur. Parce que c'est la seule chose à faire. Mais il faut lever la tête et la sortir de l'eau. Respirer un bon coup avant de replonger. Ça fait mal, d'attendre. L'attente est truffée d'images. D'images qu'elle voit défiler grossièrement dans sa tête. Du sang et des larmes. Des traces sur le corps. Des brûlures. « Qu'est-ce qu'ils vont nous faire, tu crois ? » Ils vont leur faire du mal. Les briser. Elle le sait, elle le sait depuis qu'elle a crié ces mots dans le couloir. Mort à Pritchard. Une condamnation à souffrir, mais une délivrance mentale. Et elle espère que les autres ont réussi à faire quelque chose. Parce que Daisy, Emma et elle s'étaient sacrifié pour qu'ils aillent plus loin. Elle ne supporterait pas qu'ils n'aient pas réussi. Elle ne supporterait pas de souffrir à leur place alors qu'ils n'ont rien trouver, pas même un petit quelque chose pour les sortir de là. À cette heure, ils doivent tous dormir. Et elles, elles sont enfermées, dans le froid, dans le mouiller, dans la crasse. « Je ne sais pas... » Mensonge. « Essaie de ne pas y penser, ça te torture l'esprit. » ça la torture elle aussi. Elle soupire. « Je suis sure qu'ils ont tout fait pour entendre chaque parole que nous prononçons. J'ai besoin de ma baguette. » Les doigts agrippent sa chemise grise qui pue l'humidité. Elle a les cheveux qui ont frisé et qui lui chatouillent le cou. Elle a envie que tout se termine. Elle n'a jamais tant rêvé du dortoir des classes 2 qu'elle ne connaîtra plus avant longtemps. Elle ne restera pas en classe 2, c'est sur. Elle a prononcé les mots interdits. Elle pourrira comme les autres classes 3. Traité comme de la vermine. C'est fou mais, à présent, elle s'y sent habituée.

« J'ai pas envie de mourir... » Les sanglots de Daisy éclatent et elle ne sait plus que faire. Elle tâtonne dans le noir à la recherche du corps de la jeune femme, elle touche son genou et glisse sa main jusqu'à trouver celle de Daisy. Elle la serre fort dans la sienne. Elle veut lui faire passer sa compassion. Elle veut la rendre plus forte. « Nous ne mourrons pas, Daisy. Je te le promets. Ils ont besoin de nous comme exemple. Ils nous ne tuerons pas. » C'est encore un mensonge. Elle sait ce dont ils sont capables et elle n'a aucune idée de leur funeste sort. Vont-elles mourir ? Peut-être bien. Mais elle ne se laissera pas faire. La guerre a changé quelque chose en elle. Elle est devenue plus forte qu'elle ne l'aurait pensé. La guerre ça ravage tout. Ça passe et ça prend tout sur son passage. Ça prend l'amitié, ça prend l'amour, ça prend le bonheur. Mais il y a une chose qui demeure. Une chose qu'elle ne pourra pas leur enlever, qu'ils ne pourront pas leur enlever. L'espoir. L'espoir est la seule chose plus forte que la peur. « On ne mourra pas. On ne les laissera pas faire et, quand on sortira d'ici, on ira se battre. Tu me le promets ? » Elles sont encore que des enfants. C'est inhumain de se dire qu'elles doivent se battre contre le gouvernement. Contre cette force qui les détruits. Elles ne devraient pas avoir à se battre. Ce n'est pas un rôle qu'elles ont choisi. On leur a donné sans qu'elles y soient consentantes. « Il faut que tu penses à toutes les choses qu'ils vont t'empêcher de faire, toutes les choses qu'ils ont brisées en toi. Ce sont des salauds et il faut qu'ils payent pour leurs actes. » Elle sera sans doute la première torturée ou la première tuée. Elle lance les hostilités. Elle veut qu'ils entendent. Ils comprennent qu'elle les déteste au plus profond de son être. Qu'ils ont fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui.

_________________
let a sky comes falling down
Céder aux exigences d’un tyran ça fonctionne jamais. Même si vous leur donnez ce qu’ils demandent c’est jamais suffisant. La seule solution c’est de le combattre. Même si on doit en payer le prix. -it's time to beging
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

DAISY&DESTINY Ϟ we are prisoners [PM]

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: La Cellule

Sujets similaires

-
» Marque of Destiny
» Your Destiny || Forum RPG
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» Koh~Lanta Destiny Inscription !
» Destiny rpg

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: