VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Si napo leo viveret, hominem non esset [Emma & Mordred]
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 29 Déc - 13:24.
Si napo leo viveret, hominem non esset
Cibi condimentum est fames

   

   
informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Emma T. Gray & Mordred K. Romanov
   ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Mission - Privé
   ϟ  datation approximative du moment exact ▬ Fin mars 2057
   ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Fin d'après-midi
   ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬  Intérieur
   ϟ  saison saisissante et palpitante ▬  Saison 3
   ϟ  intrigue globalement intriguante ▬  Prélude-
   ϟ chatiment divin exigible ▬  Pourquoi pas ?
   


Dernière édition par Mordred K. Romanov le Jeu 12 Juin - 12:31, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 29 Déc - 16:40.
[Chambre]

Et voilà le jour qui se lève. Le soleil n'est pas doré à cette horaire. Il n'a pas cet éclat qu'ont les parures d'or et de diamants. Non, il est plus chaud, plus brûlant, plus menaçant. Il est l'alarme qui prévient les crimes du jour et qui couvre ceux de la nuit précédente. Il montre un visage tout à fait différent. C'est un peu comme le monde qu'il éclaire : avant d'afficher son masque, il dévoile une partie d'un aspect méconnu mais bien présent lors d'un court moment.
Cette lumière diffuse de l'aube pénétra dans une chambre dont les tentures se teintèrent d'un éclat rougeâtre. On ne voyait plus les boiseries travaillées et centenaires de la pièce. On ne voyait plus son aspect vénérable et sage, ni la chaleur qu'elle dégage en journée. La poussière qui luisait sous les rayons offrait une ambiance sombre, un brouillard qui englobait tout. Épais. Sanglant. Étouffant. Assassin.
Mordred ouvrit les yeux encore une fois. Il était déçu. Secrètement, il espérait qu'un jour, ce ne serait pas la lumière ou le réveil de dictateur des aurors qui le sortiraient du lit. Que ce ne serait pas le même refrain qui se répéterait encore, depuis déjà trop longtemps. Il espérait des Résistants marchant fièrement sur Poudlard. Ou bien un courrier arrivant en soufflant, comme le premier héros du Marathon, annonçant que Pritchard et son Ministère étaient tombés du piédestal qu'ils s'étaient attribués.
Il espérait, mais la lumière croissait encore inlassablement, revêtant son manteau doré pour faire briller la haute société et se cacher aux yeux des aveugles derrière des apparences lisses.
Autant dire que si le jeune homme n'avait pas été pas autant endormi au fond de ses draps, il aurait sans doute envoyé un objet contondant se promener ailleurs, histoire de voir si la fenêtre aurait été un meilleur endroit pour que ce dit-objet soit entreposé.

Il nourrit Le Ché qui somnolait dans un coin de la pièce -là où Mordred l'avait posé la veille.

- T'as même pas bougé cette nuit, soupira celui-ci en caressant l'oiseau affectueusement. T'es pas censé être un animal nocturne ?

Il releva les yeux et observa la malle ouverte au pied de son lit comme à son habitude. Il y avait bien plus de potions, de bonbons et de facéties dedans que de vêtements en état d’être utilisés à l'intérieur. Mais la réserve s'épuisait vite, même si la majorité de possessions "utiles" se trouvaient chez les maraudeurs pour plus de sécurité. Il faudrait repasser par Pré-Au-Lard pour s'approvisionner, en espérant avoir un jour de chance et qu'il y aurait quelques articles intéressants au moment où ils passeraient, vu que les stocks étaient vraiment aléatoires. Souvent mauvais. De la magie, surtout. Et de pauvres baguettes pour ceux à qui elles ont été confisquées. Le tout à des prix exorbitants. Comme ils étaient de bons clients, les maraudeurs essayaient d'acheter en gros pour le revendre à des prix plus accessibles à l'intérieur même du château. Mais tout ce trafique avait ses limites. Il n'était pas viable. Les élèves, le personnel, les habitants de Pré-Au-Lard, aucun ne pourrait vivre en autarcie bien longtemps à ce rythme là. Bien vite, les poches résistantes risquaient de s'éteindre, d'être capturées. Les gens se plieraient à la Garde ou mourraient. Beaucoup avaient fui, mais eux-seuls savaient où. Durmstrang, certainement. Londres peut-être pour suivre les évènements de plus près et trouver plus de sorciers susceptibles de monter une Résistance tenable.
Mais au fond, ici ils n'en savaient rien, l'état à Beauxbâtons par exemple ? Mordred avait juste vu l'Académie se faire ravager alors que lui aussi subissait le même sort, mais depuis qu'en était-il de tous ces Français ?
C'en était trop. Il était temps d'agir. Remotiver les personnes encore à Poudlard. Enrôler de nouvelles recrues pour la Résistance. Montrer à ceux en haut de la pyramide que leur édifice est bien fragile car les piliers sont récalcitrants. Montrer que l'espoir ne meurt pas.
Il était temps de convoquer les maraudeurs.

Quartier Général, quelques jours plus tard

Mordred avait essayé de motiver les troupes, il avait proposé plusieurs idées. Il s'était passé pas mal de choses entre temps, notamment l'infiltration dans l'aile Est que certains avaient payé cher.
Et principalement celle avec qui il partait en mission aujourd'hui.
D'un certain côté, il était plutôt soulagé que ce soit lui qui aille avec elle aujourd'hui. Il n'arrivait pas à savoir si les derniers évènements avaient accrus l’appréhension qu'elle a parfois à agir avec le groupe par peur du sixième étage, d'autant plus à présent qu'elle y avait gouté. Ou si, au contraire, elle allait devenir encore plus tête brûlée et irréfléchie qu'elle ne l'était déjà. Lila en aurait sans doute ri, mais c'est bien lui qui comptait empêcher les actes impulsifs d'Emma Gray à présent. Il voulait essayer de la soutenir et faire en sorte qu'elle ne mette pas les deux pieds dans le plat sans raison. Évidemment, jamais il ne lui reprocherait ce qu'elle avait fait contre les aurors avec Destiny et Daisy, parce qu'il approuvait entièrement, que c'était nécessaire. Si cela se représentait, il espérait qu'elle refasse de même, tout comme lui même avait bien l'intention d'être de ceux qui se jettent en premier à la protestation, et ce, très bientôt.
D'un autre côté, elle avait eut le courage, ou la folie, de se sacrifier pour les autres, mais cela compromettait sa position à présent. Déjà qu'elle n'était pas facile à gérer, mais en plus la Garde l'avait dans le viseur. Il faudrait éviter de nuire aux activités des autres maraudeurs à cause d'elle.
Et Mordred savait déjà qu'il l'éloignerait pour cela, et qu'elle risquait de lui en vouloir. Et seul lui saura que son comportement sera "pour le plus grand bien".
Alors, pour le moment, il la laissait dans ce projet prévu depuis longtemps et pour lequel elle était déjà bien impliquée.

Ils étaient assis dans leur quartier général. Mordred observait la carte des sieurs Lunard, Queudver, Patmol et Cornedrue avec attention en faisant tourner machinalement sa bague autour de son annulaire droit. Le plan était bien échafaudé depuis le temps qu'ils travaillaient dessus. Il était presque l'heure de passer à la première étape. Il faudra agir vite.

- Voler la réserve de potions pour obtenir le philtre, s'introduire dans les cuisines, mélanger le philtre à la sauce de la viande, répéta-t-il encore une fois. Emma, des remarques de dernières minutes ?

Le plan pouvait paraître simple de prime abord, mais il faudrait passer juste entre les tours de garde, ouvrir la réserve du professeur de potion et trouver ce qu'ils cherchaient dans un temps imparti très court. Et ensuite, les elfes de maisons encore exploités dans les cuisines ne seront sans doute pas tous très conciliants face à de jeunes sorciers venus détruire ce qu'ils auraient préparé. Du coup, le duo avait de quoi endormir les elfes, ou éteindre les lumières. Mais évidemment, cela attirerait la Garde. Il faudra donc qu'Emma et Mordred s'enfuient le plus vite possible. Les aurors vérifieraient sans doute la nourriture, mais le philtre était incolore et n'agissait pas avant quelques heures, ils n'auraient pas de raison de se méfier avant que le repas ne soit terminé, où ils se retrouveront avec de bonnes surprises. Évidemment, les maraudeurs de Classe 1 allaient devoir y passer aussi, ce serait trop louche sinon.

L'heure sonna, les noms sur la carte se mirent en mouvement.

- A notre tour, annonça l'ancien Gryffondor avec entrain.

Il souriait, comme toujours. Il avait hâte.


Dernière édition par Mordred K. Romanov le Mer 11 Juin - 19:58, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 11 Juin - 19:55.



you leave tonight or live and die this way

« Voler la réserve de potions pour obtenir le philtre, s'introduire dans les cuisines, mélanger le philtre à la sauce de la viande,»

Elle se tenait face à la fin du monde sans comprendre comment ça avait commencé. Comme si elle n'avait pas été là lorsque l'apocalypse s'était déchaînée, quand les titans désincarnés avaient retrouvé leur autorité. Dans l'ombre, sa silhouette se confond avec celle d'une reine déchue. Elle cache ses cicatrices sous ses vêtements et les décombres dans ses yeux.  Poudlard était son royaume, autrefois. A présent, quoi qu'elle fasse pour prétendre que rien n'avait changé, rien n'était suffisant.  Et quand elle se demande où est la logique et où sont les raisons, quand elle se tourne vers les étoiles silencieuses et les dieux fatigués, on ne lui renvoie que du silence et de l'obscurité. Elle aimerait rester courageuse et forte. Elle aimerait que son cœur batte un peu moins fort à chaque fois qu'elle entend un bruit. Elle aimerait ne pas sursauter lorsqu'elle voit une ombre. Elle aimerait rester courageuse et forte, mais elle n'est plus cette personne, plus vraiment. Quelque part, elle s'est perdue, et elle le sait. Ce qu'elle voudrait, c'était que personne d'autre ne le sache.

« Emma, des remarques de dernières minutes. »

Son prénom sur sa bouche la réveille. Elle n'a rien entendu, mais il lui a répété son plan tellement de fois qu'elle n'a pas besoin d'entendre. Elle le regarde avec un air peu impressionné pour lui faire comprendre qu'elle n'a aucune remarque à lui faire. Elle  le regarde avec un air peu impressionné parce qu'elle savait exactement ce qu'il était en train de faire, mais elle ne savait pas exactement comment elle devait réagir. Elle n'avait pas besoin d'être canalisée, et encore moins d'être surveillée. Elle aurait pu exécuter cette mission toute seule. Elle aurait été bien plus efficace qu'avec lui. Emma avait toujours pensé que, si Mordred était doué avec les mots, dès qu'il s'agissait d'entrer dans le feu de l'action, il n'était ni le plus futé, ni le plus agile. Bien entendu, elle ne le lui avait jamais dit et s'était contentée de lever les yeux au ciel les rares fois où il avait pu se mettre en danger.  Elle était de mauvaise foi, surtout avec lui. Mais elle lui disait que ça faisait partie de son charme, si charme, toutefois, il y avait. Alors, lorsqu'elle le regarde, avec ces prunelles peu impressionnées, elle préfère ne pas s'avouer que sa présence la rassure. Il est plus simple de conserver une fierté fabriquée que de faire face à tout ce qu'elle fuyait sans grâce ni gloire.

« A notre tour. »

Elle lui lance un demi-sourire, et, juste comme ça, ils partent à l'aventure. Elle le suit, sans poser de question. Elle le suit et elle le fuit, parce qu'elle a remarqué la façon dont il la regarde, comme si elle n'était plus capable de rien. Comme si elle n'était qu'une victime piétinée. Les ruines d'une cité morte.  Elle le suit et elle le fuit parce qu'elle a honte. Elle aurait voulu faire partie des héros. Quelque part, elle aurait voulu être comme lui. Avoir une cause et la défendre, peu importait le prix. Mais elle n'avait plus de cause. Plus vraiment. Elle n'avait que des restes, de la poussière et du sable. Des souvenirs trop brûlants. Et des cicatrices sur sa peau. Alors elle se contente de le suivre et elle sait que tout est une question de temps. A la seconde près, au milimètre près, tout pouvait exploser sous leurs yeux. Elle  connaît le risque. Et autrefois, elle aimait ça. Elle s'était crue invincible et intouchable. Puis elle était tombée. Lui, il brillait encore. Il était le flamboyant symbole de la révolution qu'ils menaient en silence. Lui, il avait encore la force de croire. Elle, elle était tombée si bas qu'elle ne pouvait même plus attraper la corde qu'on lui lançait.

Ils sont presque arrivés à la réserve lorsqu'au détour d'un couloir, elle surprend les membres de la garde. D'un coup de bas, elle plaque Mordred contre le mur et colle son dos contre les pierres froides. Elle lui fait signe de se taire. Elle les entend rire et ça lui glace le sang. Les souvenirs se bousculent dans son esprit à mesure qu'elle essaye de les bloquer. Son cœur cogne contre sa poitrine. Elle a peur. Elle est terrifiée. Ce n'est que lorsque le silence revient qu'elle prend conscience que sa main serre un peu trop le bras de Mordred. Elle s'est vendue toute seule. Elle se déteste pour lui montrer qu'elle a peur. Lui, c'est un Gryffondor. C'est une révolutionnaire. Il ne connaît pas la peur. Il ne craint rien. Certainement pas la torture. Lui, il mourrait pour sa révolution, et elle, elle est terrifiée à l'idée même de ce qui pourrait se passer. Elle l'enlève, brusquement, et se remet en route. Elle fuit son regard et lève les yeux au ciel.

« Ta gueule. »

Elle marche un peu plus vite. Sa frayeur leur a fait perdre du temps. Bientôt, ils arrivent à la réserve de potions. Classe 2, elle n'a pas le droit d'utiliser sa baguette en dehors des heures de cours. Mais avant que Mordred ne fasse quoi que ce soit, elle se tourne vers lui.

« Pas besoin. »

Elle tape contre les pierres du mur jusqu'à ce qu'elle entende un son creux. Elle affiche un sourire victorieux qu'elle ravale immédiatement. Elle ne veut pas qu'il ait l'impression qu'elle soit surprise. Elle veut qu'il soit impressionné et fier. Elle veut qu'il comprenne qu'elle maîtrise la situation.  Elle retire la fausse pierre du mur et en sort la clé de la réserve. C'est son seul coup d'avance. La seule chose qui prouve qu'elle peut toujours faire partir des maraudeurs. Elle l'insère dans la serrure.

« J'ai promis à Ludwig de laver sa chouette s'il volait la clé. Pour une fois qu'il est utile.  »

Ludwig n'avait pas été difficile à convaincre. Non seulement sa chouette sentait aussi mauvais qu'un bouc par temps caniculaire, mais, depuis qu'elle avait été envoyée au sixième étage, il faisait à peu près tout ce qu'elle lui demandait sans poser de question. Il était censé rendre la clé le soir même, juste après leur passage. C'était un problème dont ils n'avaient pas à se soucier. La porte s'ouvre. L'alarme ne sonne pas. Elle est soulagée. Comme convenu, elle entre dans la réserve pendant qu'il fait le guet. Elle se retrouve devant une montagne de bouteilles et de fioles. Elle ne sait pas par où commencer. Elle n'a pas envie de lui demander de l'aide, mais elle ne veut pas non plus que la mission échoue par sa faute. Elle se racle la gorge.

« C'est quoi comme filtre déjà ? »

Qu'elle accompagne immédiatement d'une remarque des plus amicales.

« Et me sors pas un nom latin, Avé Cesar, donne moi la couleur et la taille du flacon. »
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Si napo leo viveret, hominem non esset [Emma & Mordred]

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: Saison 3

Sujets similaires

-
» Si napo leo viveret, hominem non esset [Emma & Mordred]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Emma Pillsbury ✿ Wanna go halfsies on a pb&j ?
» Emma Harper
» 00. You're having my baby (18/08/2011) | Emma Pillsbury & Will Schuester

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: