VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

→ Pet rieur, pet farceur (PM)
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Daisy M. McBerry
this is the wizzarding world of
J'aime les étudiants
informations
J'aime les étudiants

ϟ messages : 590
ϟ entrée : 02/06/2012

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: vos relations principales ici
: ce que vous avez sur vous en ce moment même.



Message Posté Dim 13 Oct - 20:30.
titre du rp ici
citation qui va avec pour faire joli lolilol hihi


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ daisy m. mcberry.
ϟ étiologie du statut subjectif ▬ one shot
ϟ datation approximative du moment exact ▬ début du mois de mars.
ϟ cadran lunaire appréciable ▬ 18h30.
ϟ météorologie sorcièrement acceptable ▬ il fait froid et gris.
ϟ saison saisissante et palpitante ▬ saison 3, prélude.
ϟ intrigue globalement intriguante ▬ prélude.
ϟ chatiment divin exigible ▬ nope
avatar
Daisy M. McBerry
this is the wizzarding world of
J'aime les étudiants
informations
J'aime les étudiants

ϟ messages : 590
ϟ entrée : 02/06/2012

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: vos relations principales ici
: ce que vous avez sur vous en ce moment même.



Message Posté Dim 13 Oct - 20:42.
we can't back down
just between you and i, you and me and those side lies. Never believe you, i only wanted to


Elle ouvrit les yeux. Elle était seule. Seule dans cette grande chambre. Elle se redressa, passa la main dans ses cheveux. Le ciel était terne, froid. Un frisson lui parcourra la colonne vertébral. Elle ne voulait pas quitter son lit, affronter ce monde. Ce nouveau monde. Tout avait changé. Elle ne reconnaissait plus Poudlard. Elle ne reconnaissait cette école qui était comme ça seconde maison. Trop de terreur, trop de cris, trop de tout. Elle se leva, déjà las de la journée qui l'attendait, et se dirigea vers la salle bain. Elle appartenait à la classe une. Le classe dirigeante. La classe des sang-purs. Une chambre luxueuse rien que pour elle. Elle se regarda dans le miroir. Sa peau était tendue, son teint pâle et ses yeux cernés. Elle ne dormait plus que très mal. Il lui arrivait de se réveiller en sursaut au beau milieu de la nuit. Elle ne se sentait plus en sécurité, se retournant à chaque petit bruit, chaque petite ombre. Elle se laissa tomber sur le rebord de la baignoire. Elle n'en pouvait plus, d'être comme ça. Impuissante. Elle voulait faire quelque chose, faire entendre ça voix. Mais elle était bien trop timide pour cela. Elle tapa du poing contre la fonte. Une douleur vive se propagea dans sa main, et elle regretta immédiatement son geste. Elle n'était pas un guerrière, ni même une révolutionnaire. Alors comment pouvait-elle penser qu'elle pouvait faire changer les choses ? Elle était stupide. Elle sourit. Non, elle ne pouvait rien faire, juste attendre, encore et encore, jusqu'à ce que des élèves plus courageux, plus téméraires fassent quelque chose. Pour elle. Pour eux tous. Elle sortit en peignoir de la petite pièce pleine de buée, les cheveux encore mouillés. Elle n'avait pas remarqué que quelque chose avait chose. Quelque chose en plus. Elle posa les yeux sur son lit. Son oreiller. Elle plongea la main sous le coussin moelleux et en ressortit une petite boîte, qu'elle ouvrit sur le champ.

Elle pressait le pas dans le couloir exiguë et sombre. Elle priait pour ne croiser personne, pour atteindre la grande salle sans encombre. Il était déjà 18H20, et une odeur de chili con carne embaumait déjà tout le château. Un bruit la fit se plaquer contre le mur, tenant sous sa robe le petit paquet. Une ombre se profila au bout du couloir. Une ombre imposante, menaçante. La femme s'approcha de la jeune sorcière à petit pas. Tel un vautour tournant autour de sa proie. « Que faites vous dans les couloirs Mademoiselle McBerry ? » Elle n'osa pas répondre, trop effrayé de se fourvoyer, alors elle détourna le regard. La femme posa ses yeux sur sa robe froissée. Son cœur s'arrêta de battre pendant quelques secondes. « Un petit coup de fer à repasser sur cette robe ne lui ferait pas de mal ! Aller, disposez. » Elle ne se fit pas prier et prit ses jambes à son cou. A bout de souffle, elle atteignit enfin son objectif, la grande salle. Elle sortit le petit bout de papier d'une de ses poches. « Les gardes prennent une pause entre 18h30 et 18h45. Tu auras donc un quart d'heure pour effectuer ta mission sans te faire prendre. » Elle déglutit lorsqu'elle vit les deux gardes sortir de la salle tels des saltimbanques à la recherche d'un auditoire pour leurs blagues salaces. C'était sa chance. Maintenant ou jamais. Elle courut jusque dans la pièce vide, et prit bien soin de refermer les portes derrière elle. Elle n'avait pas de temps à perdre, alors elle se dirigea directement vers la chaise du nouveau directeur et y posa le cousin péteur que les maraudeurs lui avaient remit. Une fois fait, elle tourna les talons sans demander son reste. Bientôt la salle allait se remplir d'élèves affamés. Et le directeur allait avoir une mauvaise surprise.

→ Pet rieur, pet farceur (PM)

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: the great hall

Sujets similaires

-
» La problématique de l’enseignement supérieur Ayitien
» L’enseignement supérieur à Cuba et la Nouvelle Université (de Leslie Yañez, vice
» Wyclef le farceur retourne à ses sources.
» Deux frères, un bavard et un farceur [PV]
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: