VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Have yourself a merry little christmas ♪ Wade & Aubépine (PM)
ϟ celui qui lit ce titre est un elfe de maison. Ceci était la touche d'humour de Thor.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 8 Mar - 23:14.




Have yourself a merry little christmas
Let your heart be light

★ noms des participants: Wade & Aubépine
★ statut du sujet: Privé
★ date: Nuit du 24 au 25 décembre 2056
★ heure: 20h
★ saison: Saison 2
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: 4
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: 4
★ intervention de dominus: No thanks !
★ récompenses: Non




Dernière édition par Aubépine de Severac le Ven 8 Mar - 23:26, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 8 Mar - 23:15.
Cela faisait une vingtaine de jours qu'Aubépine avait quitté Poudlard en plein milieu de la nuit, comme une voleuse, sans ne rien dire à personne. Elle s'efforçait de ne pas y penser depuis, mais l'école, ses amis et sa mère lui manquaient énormément. Elle était soulagée d'avoir ce prétexte de rejoindre Wade pour y revenir, même si elle craignait de revoir Daisy, Ludwig et Pénélope.

Elle savait qu'ils n'allaient pas lui pardonner facilement son départ, malgré les lettres qu'elle avait envoyées. Si Daisy était aussi fantasque qu'elle, elle n'était pas pour autant dépourvue de bon sens et elle n'ignorerait pas l'inconscience des actes d'Aubépine. Quant à Lulu... Il avait toujours veillé sur elle, d'une certaine manière, et ne l'avait jamais ménagée quand il estimait qu'elle faisait une connerie, il n'allait pas commencer maintenant. Quant à Pénélope, sa mère... Elle ne savait absolument pas comment elle allait réagir, mais elle appréhendait sa réaction plus que tout.

C'est pourquoi elle était arrivée tard la veille et était allée directement dans son ancienne salle commune. Elle savait qu'ils ne pourraient pas y entrer, et qu'elle serait tranquille. Bien sûr, il y aurait Emma et l'autre Lulu, éventuellement - bien qu'elle ne sache pas ce que les relations de deux Lulu étaient devenues -, mais peut-être ne diraient-ils rien. Elle espérait au moins qu'aucun d'entre eux ne la force à aller voir les deux Gryffondor. Elle avait vu ses voeux exaucés, à son plus grand soulagement.

Ce soir, elle fêtait Noël avec Wade, elle ne les verrait pas encore. Elle leur offrirait leurs cadeaux le lendemain, en espérant de tout son coeur que ça aiderait à les apaiser. Mais elle s'efforça de ne plus penser à tout cela, alors qu'elle emballait tout ce qu'elle avait préparé pour leur soirée de Noël. Elle portait son maillot sous sa robe de sorcière, bien décidée à profiter de la salle de bain des préfets dont la légende voulait qu'elle soit d'une taille démesurée et magnifique.

Elle n'avait eu aucun mal à en obtenir la localisation et le mot de passe de la part du préfet des Serdaigle, quand elle lui avait dit que c'était la dernière fois qu'elle revenait dans l'école - ce qui n'était probablement pas vrai -, et qu'elle voulait passer un Noël spectaculaire pour oublier tout ce qu'elle avait vécu dernièrement. Cette partie là était vrai en revanche. Wade l'avait mise au défi trouver une manière spectaculaire de célébrer Noël, mind-blowing, d'après ses propres mots, pour oublier l'espace d'un instant et juste passer un bon moment. Elle avait toujours rêvé de voir la salle en question, et elle estimait que c'était un lieu assez surprenant pour passer Noël. Elle mit donc sa serviette dans son sac, et le petit cadeau qu'elle avait prévu pour Wade, puis partit pour les sous-sols du château. Il était convenu qu'ils s'y retrouvent, qu'elle l'amène à leur lieu de rendez-vous surprise. Elle fit un crochet par les cuisines pour demander aux elfes de quoi manger pour deux. Elle s'entendait bien avec eux, pour leur avoir toujours montré beaucoup de respect et s'être grandement intéressée à leur vie, principalement par curiosité envers leurs coutumes et leur histoire, comme celle qu'elle montrait pour beaucoup de créatures. Ils lui proposèrent donc d'envoyer magiquement la nourriture à l'endroit où elle la voulait, ce qu'elle accepta en leur interdisant de préparer leur pique nique de Noël comme ils devaient avoir envie de le faire. Comme ils allaient surement le faire, malgré tout.

Elle arriva en face de la salle commune des Poufsouffle, où il l'attendait, et elle lui sourit en le saluant.

« J’espère que tu as pris ton maillot de bain et une serviette, tu vas en avoir besoin. Et évidemment, si tu as besoin de tes réserves de débauche – quoi que, y’a aucune raison, tu sais très bien que ça ne me servira pas -, à toi de faire le plein ! J’ai prévu à manger, de la bièraubeurre, mais rien de plus fort. Je doute que tu as dépassé ce stade depuis longtemps, mais que veux-tu, tout le monde n’a pas atteint ton niveau de décadence. En tout cas, j’espère que tu es prêt pour un repas de Noël exceptionnel, parce que d’après ce qu’on en dit, c’est un lieu magique, surprenant. Enchanteur. Bon je t’admets que ça sera la première fois que j’y irai, donc je n’ai pas décoré parce que je voulais garder la surprise pour moi aussi, mais il faut écouter les légendes parfois. Et le secret n’en serait pas si bien gardé, avec jalousie presque, si ça ne valait pas le coup, j’imagine. »

Elle sourit malicieusement, pendant qu’ils montaient les étages un à un, les escaliers normalement animés ayant perdu toute leur magie, et restant quasiment en permanence fixes. Ils atteignirent enfin le cinquième étage, et Aubépine fut tentée de le faire tourner en rond, d’essayer de voir s’il devinait où ils allaient, mais elle était encore plus impatiente de voir enfin de ses propres yeux à quoi ressembler la salle de bain des préfets, de voir si les merveilles qui lui étaient prêtées étaient vraies, découvrir les innombrables robinets, les magnifiques décorations animés, découvrir si elle avait été épargnée par la perte de magie. Elle priait pour que ça soit le cas, que leur Noël soit à la hauteur de ses attentes. Au pire, elle trouverait le moyen de le rendre meilleur, si la salle de bain n’offrait rien de spécial. Elle passerait un moment agréable en compagnie d’un ami, et c’était déjà beaucoup.

« Prêt à être ébloui ? »

Elle prononça le mot de passe et s’effaça pour laisser Wade entrer et découvrir les lieux avant elle.
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons

ϟ messages : 9
ϟ entrée : 07/03/2013

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (DT/LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une Cape d'Invisibilité



Message Posté Sam 30 Mar - 18:05.
Enfin les vacances. Cette année, Wade avait du mal à concilier enquêtes et travaille et était content d'avoir un peu de répits pour ses devoirs. D'un autre côté, ne pas être surbooké au moment de Noël n'était pas vraiment quelque chose qui lui remontait le moral... Il avait l'impression que c'était toujours durant des périodes censées être heureuses que les pires choses arrivaient. Lorsqu'il apprit qu'Aubépine aussi n'avait personne avec qui passer Noël, ils décidèrent de le passer ensemble. Il avait trouvé l'idée géniale et finalement au moment de partir de Beauxbâtons, il avait eu du mal à se décider à attraper son portoloin...

Ce n'était pas qu'il ne voulait pas voir Aubépine, au contraire... Ça faisait un bail qu'ils ne s'étaient pas vus et taquiner son amie lui manquait beaucoup... Ils avaient beaucoup de choses à se raconter et il ne voyait pas meilleure personne que la jeune femme pour lui tenir compagnie dans un moment pareil. Le problème c'était plutôt de partir de Beauxbâtons... Tout le début de l'année, l'écossais n'avait pensé qu'à une chose : rentrer et maintenant qu'il en avait la possibilité, il avait une boule au ventre. Une boule au ventre de devoir quitter une nouvelle fois l'Académie française comme il l'avait fait durant la bataille des gradins. Laisser derrière lui Micaëla et d'autres... Il avait peur de se rapprocher de sa famille en retournant en Ecosse, peur de croiser son petit frère, qu'il n'avait reconnu qu'au bout d'un certain temps tellement Wade s'était fait viré de la maison tôt...
Ce n'était que depuis qu'il avait mis les pieds en France qu'il était au courant de la réelle identité de son père... Ou plutôt de sa non-identité... Il n'arrivait pas à croire que sa mère ait eu une liaison... Et qu'il était le fruit de cette union. Il n'avait pas eu le courage de répondre à sa lettre et ne savait donc toujours pas qui était son vrai père. L'avait-il déjà croisé ? Travaillait-il au ministère ? Faisait-il parti de la résistance ? Etait-il de sang-pur... ? Wade avait été réparti dans la maison des blaireaux à la plus grande surprise de ses « parents »... Son vrai père était peut-être un ancien des jaunes et noirs ? Trop de questions qui restaient sans réponses. Et il était peut-être temps qu'il réponde à sa mère...

Finalement, la veille de Noël, après être allé acheter un petit quelque chose à Aubépine et avoir terminé son sac, il s'empara du portoloin.
Arrivé dans le château, Wade restait là immobile alors qu'une grande agitation régnait dans le Château. C'était la même agitation que la dernière fois qu'il s'y trouvait... Depuis les événements qui avaient lieu dans le monde magique et notamment les événements de Poudlard, l'agitation était devenue le quotidien de tous les habitants de Poudlard. Lorsque le garçon reprit ses esprits, il se dirigeait lentement vers la salle commune des Poufsouffles tout en analysant tout ce qui avait changé dans les couloirs depuis la dernière fois qu'il était venu... Finalement, la situation n'était pas si horrible qu'il l'avait imaginée... Il était certes ému de marcher à nouveau dans ses couloirs, couloirs qu'il avait arboré pendant sept ans... mais l'émotion n'était pas à son comble. Finalement, il se sentait comme à la maison et une partie de lui était toujours resté ici malgré son déménagement outre-Atlantique...
Dans la salle commune des Poufsouffles, contrairement au reste du Château, rien n'avait changé et l'atmosphère bien que légèrement plus tendue était la même, conviviale et chaleureuse. Très peu d'étudiants se trouvaient à l'intérieur, vacances obligent... Mais les quelques élèves présents l’accueillir chaleureusement. Habituellement, Wade n'était pas du genre à parler avec des inconnus et à vouloir faire connaissance mais, avec les jaunes et noirs c'était différent, ils étaient de la même maison, de la même famille...

C'était l'heure et il n'était pas question qu'Aubépine l'attende toute seule dans les cachots... La garçon sortit donc un peu en avance pour attendre son amie. Elle était là, tout sourire en le saluant. Le garçon la serra fort contre lui avant qu'elle lui présente un peu le programme. La jeune fille avait tout prévu et il ne la remercierait jamais assez pour ça... Il n'aurait clairement pas été en mesure de prévoir quelque chose pour Noël et apparemment, ce qui l'attendait avait l'air extraordinaire. Elle s'était occupée de trouver un lieu surprenant, la nourriture et les boissons... Heureusement qu'il avait un petit cadeau à lui offrir ou il se serait vraiment senti nul.

A u b é – « Et évidemment, si tu as besoin de tes réserves de débauche – quoi que, y’a aucune raison, tu sais très bien que ça ne me servira pas -, à toi de faire le plein ! »

Wade souriait à ses paroles tout en sachant qu'il valait mieux pour lui qu'il ne prenne rien de plus fort qu'une bièraubeurre. L'alcool triste c'était vraiment pas son genre et compte tenu de son état d'esprit d'actuel, il valait mieux qu'il se contente de quelque chose de « soft »... Ils montaient, montaient, montaient... L'écossais se demandait de plus en plus où ils allaient s'arrêter et il ne voyait pas du tout où il se rendait... L'indice du maillot de bain aurait pu être évident pour quelqu'un d'autre mais lui préférait se demander ce qu'il y aurait à manger plutôt que l'endroit exact...

W a d e – « Au fait, j'ai pas de maillot de bain... Mais bon, t'as de la chance, aujourd'hui j'ai mis un caleçon ! »

Bien entendu, il en mettait tous les jours, mais il avait une réputation à garder auprès de son amie et malgré les temps difficiles, il n'était pas question de laisser l'humour de côté.
Enfin ils étaient arrivés devant une porte et à ses côtés Aubépine avait l'air plutôt excité à l'idée d'entrer. Elle laissa Wade passer devant et ouvrir la porte.

Il n'en croyait pas ses yeux.

Sept ans à Poudlard et jamais il n'avait eu l'idée de se rendre ici. La salle de bain des préfets. Le Graal. La pièce était immense, magnifique. Il ne savait pas quoi dire tellement c'était beau. Il se tourna finalement vers son ami.

W a d e - « Alors, c'est à la hauteur de tes attentes ? »
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 26 Avr - 16:30.
Plus elle montait les étages, plus Aubépine se sentait soulagée. Pas de Ludwig pour lui dire combien elle était inconsciente et combien il lui en voulait, pas de Daisy pour lui dire combien elle avait eu peur pour la vie d’Aubépine, et combien elle avait été égoïste de les abandonner. Peut-être allait-elle réellement pouvoir remettre ça à plus tard et réellement profiter de noël en compagnie de Wade. Elle l’espérait réellement, même si elle savait que c’était une pensée égoïste et indigne d’elle, indigne de ses amis à qui elle rendait bien peu grâce en souhaitant les éviter. Mais Noël devait être une période de joie, d’amour, de partage, de chants hivernaux. Et elle avait tellement subi ces derniers temps qu’elle n’était pas certaine de supporter d’entrer en conflit avec ses meilleurs amis, ceux qui la soutenaient depuis quatre ans quasiment, dans les bons moments comme les mauvais, dans ses lubies saines comme dans sa folie.

Avec Wade, en revanche, qu’elle appréciait tout autant que Ludwig et Daisy, c’était bien plus simple. Il était, elle le savait, aussi touché qu’elle par tout ce qui se passait partout dans la communauté sorcière, mais lui et elle arrivaient à relativiser quand ils étaient ensemble, à rire, même. Elle n’était pas du genre à prendre les choses à la légère, bien au contraire à vrai dire, elle prenait souvent les choses trop au sérieux, même, surtout peut-être, les choses que les gens considéraient comme stupides. Alors pouvoir décompresser en compagnie de Wade était quelque chose de précieux pour elle, qu’elle chérissait. Bien qu’elle prenne plaisir à charrier Wade, lui dire qu’il était alcoolique et dépravé, il lui apportait beaucoup, et l’avait aidée – tout comme Lulu et Daisy, d’ailleurs – à surmonter la situation dans laquelle elle s’était trouvée à la fin de sa troisième année.

Elle n’en avait pas beaucoup parlé aux gens, mais elle avait assez mal vécu de communiquer par courrier avec sa mère biologique sans que celle-ci ne veuille la voir. Elle s’était bien souvent blâmée de ce fait, croyant avoir fait quelque chose de mal qui avait poussé sa mère à l’abandonner. Elle se posait toujours la question, d’ailleurs, même en sachant qu’elle était la fille de Pénélope Courterois et de Matvei Sejdic… Si quelqu’un d’autre que sa tante sur son lit de mort le lui avait annoncé, elle lui aurait rit à la figure, croyant qu’on cherchait à l’embobiner… Et pourtant. Mais elle secoua la tête, alors qu’elle ressentait l’envie oppressante de saisir dans son sac la photo de sa tante en compagnie de son père, à Dürmstrang, la réfrénant, sachant que ça n’était pas le moment de le faire. Et puis, elle n’était pas sûre d’avoir envie d’avouer à qui que ce soit tout ça… Elle n’était même pas sûre d’en avoir le droit.

Elle ouvrit légèrement la bouche, à la fois surprise et choquée des propos de Wade, réalisant presque en suivant qu’il se moquait d’elle et la taquinait, comme à son habitude. Elle réprima un petit rire, et sourit malicieusement, bien décidée à se venger de lui avoir fait croire une seconde qu’il allait devoir se baigner sans rien.

« Tu sais que des gens ici ne seraient pas ravis que ta phrase soit vraie, tu devrais te méfier de ce que tu dis, où, et de qui pourrait entendre tes propos… »

Elle lui fit un clin d’œil, et ne s’attarda pas là-dessus. Elle était bien trop impatiente à l’idée de découvrir la salle dont on lui avait dit tellement de bien, qu’on lui avait décrit comme la caverne d’Ali Baba.

« J’ai tellement hâte de découvrir ce qu’il s’y cache… »

Et elle ne fut pas déçue. Elle était incapable d’articuler le moindre mot, abasourdie par les milliers de robinets – en or, ou du moins semblait-il que ça soit le cas -, par les bassins géants dans lesquels se baigner. La rumeur voulait aussi qu’il y ait quelques débris qui subsistaient… Les elfes avaient-ils nettoyé pour elle ? Elle se promit d’aller les remercier et de leur offrir un cadeau en échange. Elle acquiesça d’un signe de tête, sans dire mot, des étoiles encore dans les yeux, avant de s’avancer et de s’asseoir sur la nappe bleue posée sur le sol – une autre attention des elfes, probablement -, sur laquelle se trouvaient de quoi nourrir une armée d’Aurors après une bataille particulièrement épuisante. Décidément, ils auraient largement assez : la mesure n’était pas une chose qu’un elfe pouvait concevoir.

« Tu veux manger ou te baigner d’abord ? »

N’attendant pas sa réponse, elle fouilla dans son sac, prenant bien attention à ne pas sortir le cadeau qu’elle avait fait pour Wade, et rougit soudainement. C’était coutumier chez elle, aussi elle était sûre que Wade ne pourrait pas déceler qu’elle se jouait de lui en rougissant à l’instant. Elle avait longtemps joué à incarner une personne qu’elle n’était pas, s’amusant à s’imaginer qui elle était, qui était ses parents, seule dans sa chambre d’abord, puis sur de vraies scènes, dans des vrais groupes, après. Elle arrivait parfaitement à feindre une émotion, en général. Et elle n’avait jamais parlé à personne de sorcier de cette passion, aussi elle ne se ferait probablement pas griller.

« Je… J’ai oublié mon maillot… »


Dernière édition par Aubépine de Severac le Jeu 18 Juil - 0:23, édité 1 fois
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons

ϟ messages : 9
ϟ entrée : 07/03/2013

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (DT/LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une Cape d'Invisibilité



Message Posté Mer 8 Mai - 1:44.
Le garçon n'arrivait pas à croire où il se trouvait. A côté de lui Aubépine restait muette. Apparemment, elle avait bien préparé son coup étant donné qu'elle avait réussi d'une part à savoir où la salle de bain des préfets se situait, d'autre par à avoir le mot de passe et en enfin avoir réussi à convaincre les elfes de maisons de Poudlard de leur préparer quelque chose à boire et à manger. Devant eux une jolie nappe bleue avait été disposé avec des mets qui avaient l'air meilleurs les uns que les autres. L'écossais s'installa à côté de son amie. Ce soir il n'était pas question de parler de malheur... Il savait que cette soirée serait peut-être la dernière avant longtemps.

Quelques jours auparavant, Wade s'était rendu en Russie, auprès de January et des résistants. Ils avaient parlé, parlé, argumenté, échafaudé des plans, défini des stratégies, des missions... Et le grand jour allait bientôt arriver. Le jour où ils se battront pour leurs convictions, pour un monde meilleur. Il avait beau savoir au fond de lui qu'à partir du 31 décembre prochain ce ne serait le début que d'une longue épopée, il gardait toujours espoir. C'était utopique certes, mais ça le faisait rêver et ça lui permettait de garder la tête hors de l'eau.
Mais, aujourd'hui c'était le réveillon, et il valait mieux pour lui qu'il profite du lieu et de son amie quand il en était encore temps. D'un revers de tête, il balaya toutes ses pensées de résistants et sourit à Aubépine.

A u b é – « Tu veux manger ou te baigner d’abord ? »

Le garçon n'avait pas pris la peine de manger depuis la veille et il fallait admettre que le voyage lui avait creusé l'appétit. Alors que la jeune fille était à la recherche de quelque chose dans son sac, Wade commençait à s'empiffrer de toutes sortes d'amuse-bouches tous plus délicieux les-uns que les-autres. S'il y avait bien une chose qui lui manquait lorsqu'il était à Beauxbâtons c'était la nourriture. Bien sûr il savait que la cuisine française était plus réputée, plus raffinée mais il n'en avait que faire... ce qui l'intéressait lui c'était les repas copieux et absolument pas diététique.
En soit, à part la nourriture, rien ne lui manquait réellement de Poudlard, de l’Écosse. Plus aucun de ses amis ne se trouvait ici et il avait beau considéré le château comme un des seuls endroits où il se sentait à la maison, c'était aussi dans ses mêmes murs qu'il avait vécu les pires moments de sa vie. S'il avait décidé de partir faire ses études en France, ce n'était pas seulement parce qu'il voulait être médecin, herboriste ou professeur de potions mais surtout pour changer d'air, commencer un nouveau chapitre de sa vie, loin de sa « famille » et de tous ces souvenirs...

Malheureusement, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il avait réussi à fuir les fantômes du passé et finalement revenir à Poudlard lui faisait beaucoup de bien. C'était un peu comme un retour aux sources. Malgré toutes les choses qui s'y étaient passées, il s'y sentait toujours accueillit et être là ce soir avec sa « vieille amie » le mettait vraiment en joie. Il y avait vécu sa répartition chez les Poufsouffles au lieu des Serpentards, c'était fait ses premiers vrais amis, avait connu sa première petite amie, sa première cuite... Il y avait passé ses vacances, presque toutes ses vacances... Et voilà qu'il se retrouvait encore là pour Noël et il ne pouvait qu'admettre qu'il avait beau détesté Noël, toutes les décorations, tous les chants et tous ces vœux de bonheurs mielleux et hypocrites, pour la première fois de sa vie il commençait à comprendre la vraie signification de Noël.
La convivialité familiale autour d'un repas de fête. La générosité. Le partage.

A u b é – « Je… J’ai oublié mon maillot… »

La jeune fille commençait à être rouge comme une pivoine et Wade ne savait pas vraiment comment réagir. D'un côté il se disait que ce devait être une blague... La jeune fille était tellement organisée, elle avait planifié toute leur soirée et ça ne lui ressemblait pas vraiment d'avoir oublié un détail aussi important qu'apporter un maillot de bain. Mais d'un autre côté il ne pouvait pas ignorer la couleur du visage de son ami et elle parlait un peu d'elle-même... Elle avait l'air tellement gênée qu'il ne savait plus vraiment comment réagir. Devait-il essayer de trouver une solution ? Pouvait-il jouer la carte de l'humour ? De toute façon, au fond, il ne voyait pas où était le problème dans le fait d'avoir oublié son maillot, lui n'en avait pas non plus...

W a d e – « Bon bah à poils hein ! »


Il avait dit cela en rigolant et avait hâte de voir la réaction d'Aubépine. En soit il était beaucoup trop timide et beaucoup trop sobre pour se baigner nu mais il voulait voir jusqu'où son Aubéprude s'était dévergondée pendant son absence. Dans ses lettres, elle avait laissé entendre qu'elle s'était un peu lâchée à certaine soirée. Il se rappelait encore avec nostalgie pendant leur sixième année quand elle ne buvait pas une goutte d'alcool, n'avait jamais fumé et il se posait la question sur sa vie sentimentale. D'ailleurs aujourd'hui, deux ans plus tard, il se posait encore les mêmes questions.
Elle n'en avait pas vraiment l'air au premier abord mais elle avait vraiment changé depuis quelques temps. Quitter Poudlard avant d'avoir son diplôme était quelque chose qui ne lui ressemblait pas du tout et le garçon se demandait tout ce qui avait pu motiver les choix de ces derniers mois...
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 18 Juil - 0:25.
Même occupée à fouiller dans son sac, Aubépine pouvait voir son ami s’empiffrer de petits fours, comme s’il n’avait pas mangé depuis plusieurs mois. Elle sourit légèrement, à cette vision. Si Wade mangeait encore pour un régiment d’Aurors au complet, c’est que tout n’allait pas si mal. Elle fut surprise de se sentir soulagée de prendre conscience de cela. Bien évidemment, elle s’inquiétait pour tous les gens qu’elle appréciait et n’avait pas sous ses yeux, mais elle s’efforçait de reléguer tout cela très loin, et ne s’en rendait pas généralement compte.

«  Tu n’as pas changé, toujours à t’empiffrer ! Fais gaffe, tu vas finir par grossir telle la grenouille face au bœuf, et tu pourrais plus charmer les filles ! Ça serait triste de perdre l’un des buts de ta vie, quand même ! »

Bien qu’elle s’efforce de le masquer au maximum, le ton railleur bien caractéristique de la jeune femme transparaissait grandement dans ses propos, prêt à exploser à l’air libre si Wade lui fournissait davantage d’occasion de le charrier… ce qu’il ne manquerait surement pas de faire.

Elle aurait été déçue, au fond, si elle ne se sentait plus assez proche pour se moquer gentiment comme elle le faisait actuellement. Oh, bien sûr, elle tenait à Wade au delà de leurs pitreries, mais ne plus les avoir voudrait dire que leur complicité d’antan avait disparu, et elle ne le souhaitait pas. Si elle ne s’attardait pas sur les rancunes qu’elle pouvait cultiver, les pertes d’amis, en revanche, la travaillaient bien trop, et elle ne s’en remettait vraiment jamais.

Elle secoua légèrement la tête, comme si un essaim de boursouflets volants se pressait autour de celle-ci, pour éclaircir ses pensées. Elle n’aurait pas d’idées négatives comme cela, pas le soir de Noël. Rien de tel n’allait arriver, Wade n’était pas du genre à subitement ignorer quelqu’un sans raison, et Aubépine, même avec toute la volonté dont elle savait faire preuve, ne restait jamais fâchée envers quelqu’un, pas plus qu’elle ne pouvait les maintenir à distance.

La jeune sorcière observait attentivement les réactions de Wade à sa déclaration sur son maillot. Que n’aurait-elle pas donné pour être legilimens – ou occlumens, elle ne se souvenait jamais lequel permettait d’accéder aux pensées des autres -, à ce moment, pour suivre le cheminement des pensées qui se bousculaient probablement sous le crane du jaune et or. Elle jubilait intérieurement, de le voir se questionner – car si elle ne savait pas dans quelle mesure et à quel sujet il se questionnait, elle voyait bien que sa déclaration le laissait perplexe, et se retenait difficilement de ne pas exploser de rire.

Alors qu’il lui dit, avec un ton tellement naturel et tellement sien, qu’elle n’avait plus qu’à être à poil, elle ne put continuer de feinter plus longtemps, et laissa résonner son rire cristallin dans la salle aux hauts plafonds, où il se répandait agréablement.

« J’ai des sous-vêtements, je ne te laisserai pas voir mon corps de déesse, qu’est-ce que tu crois ? »

Elle lui tira la langue, s’amusant encore de sa réaction passée, et de sa réaction à venir – elle savait que cette tirade de sa part le surprendrait : si elle était moqueuse, sa méconnaissance des relations amoureuses et sa naïveté la rendaient mal à l’aise dès qu’elle évoquait des sujets tels, y compris celui de se baigner nue devant quelqu’un. Quand ils s’étaient vus pour la dernière fois, elle n’aurait jamais plaisanté ainsi sur ses sous-vêtements, ou son corps.

« Contrairement à toi, j’en mets – et j’en change, mais bon, t’es un mec, tous des cas désespérés – tous les jours, moi. »

Elle laissa un instant passer, ne doutant pas le moins du monde qu’il allait réagir, probablement avec véhémence, et plus faussement sérieux que profondément blessé par sa remarque qu’il devait savoir injustifiée et infondée. Elle ne réalisa même pas qu’elle lui parlait sans aucune gêne de ses sous-vêtements, comme s’il s’agissait du sujet le plus normal au monde à aborder.

« Mais je te faisais marcher, et c’est très drôle ! Je ne t’ai jamais dit avoir fait du théâtre ? »

Elle sortit son maillot de son sac, bleu, et customisé de ses propres mains comme la plupart de ses vêtements. Faisant un petit geste de la main à Wade tout en stipulant qu’elle allait s’isoler pour le mettre, elle s’éloigna et se cacha derrière un pan de mur probablement destiné à cet usage. Elle ne mit guère longtemps, et alla poser ses affaires dans un coin, assez loin de l’eau. Elle avait laissé sa serviette à côté de son sac à dos, et c’était rougissante, réellement cette fois, qu’elle s’approcha de la nappe de pique nique, dans son maillot deux pièces, gênée. Elle avait gagné en maturité, mais peut-être pas tant que ça, ou pas sur tous les sujets.

Elle s’assit, ne manquant pas de s’envelopper de sa serviette qu’elle avait récupérée, et déglutit avant de reprendre la parole. Elle n’était définitivement pas à l’aise, en maillot – elle n’avait jamais été en maillot en compagnie d’un de ses amis, quel qu’il soit, en fait. Elle savait qu’elle était pudique, pourquoi n’y avait-elle pas pensé avant ?

« Bon. Môssieur le grand sorcier à l’université doit savoir lancer un accio pour faire venir son maillot ? A moins que tu n’aies des tendances exhibitionnistes et ne veuille réellement te baigner sans rien, hein, libre à toi ! »


Dernière édition par Aubépine de Severac le Dim 27 Oct - 17:30, édité 2 fois
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons

ϟ messages : 9
ϟ entrée : 07/03/2013

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (DT/LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une Cape d'Invisibilité



Message Posté Sam 12 Oct - 14:32.
C’était délicieux. Tout ce que les elfes avaient préparé était bien au-delà des attentes de Wade. Il se souvenait encore des festins de Poudlard. Il se rappelait avec nostalgie des soirées passées à se goinfrer emportant discrètement après chaque repas une assiette pleine de cuisses de poulets et autres desserts crémeux. Il avait beau ne pas faire beaucoup de sport, son métabolisme lui permettait de se nourrir plus que de raison sans prendre un gramme. Certes il n’était pas non plus du genre à se peser tous les jours mais il se devait d’avouer que si un matin il découvrait qu’il avait une petite bouée il commencerait surement à faire attention…
La réflexion de la jeune fille, lui décrocha un sourire. Comment voulait-elle qu’il arrête de manger quand elle avait prévu des choses aussi bonnes et comment voulait-elle qu’il arrête de « grossir » sachant qu’il était très porté sur la bièreaubeurre et le whisky pur feu… Impossible.

W a d e – « Manger des légumes et ne boire que de l’eau… C’est mort. Au moins je serai moelleux et confortable ! »

Le garçon souleva un peu son T-shirt et se pinça le bas du ventre.

W a d e – « Ça va j’ai encore le temps de bien profiter de mon physique de star du Quidditch avant que les filles arrêtent de regarder le physique pour s’intéresser à, le garçon prit une voix de jeune fille niaise, « ce qu’il y a à l’intérieur »… et là normalement j’ai pas trop de soucis à me faire… Je suis beaucoup trop stylé pour rester seul. »

Alors qu’il enfila dans sa bouche une part de tourte en regardant son amie d’un air de défi, il enchaina d’un ton tout à fait naturel :

W a d e – « Au pire, si à 30 ans on est toujours célibataires, on se mariera ensemble ! »

Il avait dit cela sachant très bien qu’Aubépine le prendrait à la rigolade mais au fond de lui, il était plutôt sérieux. Depuis le début de l’année, il n’avait pas vraiment eu d’aventures… Oui il concentrait toute son attention sur Micaëla, oui ça ne l’intéressait plus autant qu’avant d’avoir des passades et de croiser au moins une fois par jour une fille qu’il pouvait voir trôner sur son tableau de chasse… Il n’avait jamais vraiment fait attention à l’amour, beaucoup trop fier pour admettre quoi que ce soit et beaucoup trop lâche pour oser se lancer, risquer de se prendre un vent. Mais, maintenant il ressentait une sorte de vide. Était-ce parce qu’il avait trouvé la personne parfaite pour le combler ? ou tout simplement parce qu’il avait grandi ? Il avait peur de l’avenir, peur de se retrouver tout seul, de vivre seul, de mourir seul…
M’enfin, il n’était pas là pour broyer du noir et il préférait garder le sourire et jouer l’enfant comme d’habitude plutôt que d’avoir une conversation sérieuse sur l’amour.

A u b é – « J’ai des sous-vêtements, je ne te laisserai pas voir mon corps de déesse, qu’est-ce que tu crois ? Contrairement à toi, j’en mets – et j’en change, mais bon, t’es un mec, tous des cas désespérés – tous les jours, moi. »

Wade la regardait d’un air faussement outré tandis qu’elle continuait à parler de sous-vêtements. D’une part il n’y était pas habitué et d’autre part il se demandait comment elle était au courant…

W a d e – « Je ne me fais pas caca dessus que je sache donc bien sur il m’arrive de garder mes caleçons plus d’un jour ! Hahaha… En tout cas tu m’as l’air un peu trop bien informé… Pourtant quand je sais que je vais devoir l’enlever j’en mets un propre… Balance ta source !»

Il était plus ou moins tombé dans le panneau de son amie mais il s’en fichait. Il n’avait pas du tout honte et aimait avoir ce coté très propre sur lui et à la fois un peu crade. Il ne savait pas qu’Aubépine avait fait du théâtre et à vrai dire il ne s’en serait jamais douté si elle ne lui avait pas dit. Il se rappelait encore très bien de la jeune fille deux ans auparavant, même l’année dernière en fait, timide et introvertie. Il aurait mis sa main à coupé qu’elle n’avait jamais fait de discours ou quoi que ce soit devant un auditoire de plus de vingt personnes…
Avec un ton sincèrement intéressé, l’écossais lui demanda de lui en dire un peu plus. Maintenant qu’elle avait mis ça sur le tapis, elle ne pouvait pas le laisser sur sa faim. Alors que la jeune fille allait se changer, Wade se prit à réfléchir à ce qu’aurait été sa vie sans tous ces dérèglements magiques et il se rendit compte qu’il n’aurait surement pas été plus heureux. Peut-être moins « pris » ou embêté mais il savait que ce n’était que face à la peur et aux épreuves qu’on découvrait à quel point les amis sont importants. Il était heureux d’être là aujourd’hui avec celle qu’il considérait comme sa meilleure amie actuellement et savait très bien que dans d’autres circonstances ils ne se seraient probablement jamais vraiment adressé la parole.
La jeune fille semblait gênée, surement du fait d’être en maillot de bain seule devant lui.  Heureusement, elle reprit rapidement la parole coupant court aux réflexions de Wade sur « que pouvait-il bien dire pour éviter qu’elle soit gêner… ».  Avant même qu’elle termine, il avait retiré son T-shirt et s’était mis sur ses deux pieds.

A u b é – « A moins que tu n’aies des tendances exhibitionnistes et ne veuille réellement te baigner sans rien, hein, libre à toi ! »

Le garçon se retournait tout en déboutonnant son pantalon. Très fier il lui montra un bout de fesse :

W a d e – « You wish ! »

Après avoir ranger son derrière il enleva son pantalon laissant place à un « superbe » caleçon de Noël avec des frises des reines et tout le tralala.

W a d e – « Tadam ! Je déteste Noël mais ça c’est clairement beaucoup trop kitch. J’ADORE ! »

Il se rassit quelques instants plus tard afin de reprendre un peu à manger. Avait-il faim ? Non. Pouvait-il encore manger comme dix ? Positif. Ils avaient beau être à Poudlard en plein mois de décembre, la salle de bain des préfets était étonnement réchauffée. Le garçon avait essayé de ne pas trop montrer son excitation mais il fallait avouer que se retrouver la veille de Noël dans la salle de bain des préfets étaient quand même quelque chose d’incroyable. Il avait fait les quatre cents coups lors de sa scolarité mais il n’avait jamais mis les pieds ici et l’agencement de l’espace et la décoration valait le détour.

W a d e – « Bon alors, ça marche comment ? On ne va quand même pas rester là à regarder sans se mettre à l’eau ! »
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 27 Oct - 22:09.
Elle leva les yeux au ciel, mi amusée, mi exaspérée. Décidément, il était incorrigible. Toujours à rire de tout, ne rien prendre au sérieux, tout tourner au ridicule – que ça le concerne ou concerne les autres. Mais jamais méchamment, jamais sans se soucier de la chose : simplement pour détendre l’atmosphère, rassurer les gens, les mettre plus à l’aise.

« Tu es irrécupérable, mon cher ! Mais bon, si tu n’étais plus comme ça, je me demanderai si t’étais pas malade. Promis, quand tu seras cloué au lit à cause d’une indigestion, je viendrais te rendre visite. Et manger tous les bonbons, friandises, chocolat, et autres douceurs que les gens t’amèneront – ça serait mauvais pour toi de toute façon ! »

Elle sourit, rit même légèrement, levant à nouveau les yeux au ciel en même temps. Il avait tellement peu de pudeur, contrairement à elle, elle ne comprendrait jamais. Elle n’aurait jamais osé montrer ainsi son manque de graisse pour l’hiver.

« Profite bien, alors, avant qu’elle ne s’intéresse avant ce qu’il y a à l’intérieur – tu es bien trop sarcastique pour qu’elle ne se laisse abuser par ton charme. Tu les auras accrochées, que tu ne pourras t’empêcher de faire un commentaire caustique, et de les faire fuir. »

La jeune fille, réprimant un rire, tira la langue à son meilleur ami, avant de se lever, craignant les représailles : sait-on jamais, qu’il lui courre après, et la pousse à l’eau. Mais il était trop occupé à s’empiffrer de douze parts de tourte, pour se lever et courir après elle – et surement un peu ballonné aussi. Elle lui rendit un sourire aussi empli de défi que son regard, un peu moqueur ?

« Mais qui te dit que je serais d’accord ? Mais soit, comme dernier choix, je veux bien de toi ! Elle lui fit un petit clin d’œil, avant de reprendre. Je plaisante, boude pas Wadounet chéri*. Mens pas, je suis sure que les filles en France doivent t’appeler comme ça !! Mais je serai ravie de passer le restant de mes vieux jours avec toi, en tant qu’amis réunis par un mariage heureux. Et puis imagine : je suis sûre que des filles sont attirés par les mecs mariés qui veulent tromper leur femme, ou les mecs qui ont enlevé leur alliance suite à un veuvage ! Tu ferais un carton ! »

Elle adoptait un air malicieux, à moitié amusée, à moitié sérieuse : elle pensait réellement que passer ses vieux jours en compagnie du jeune homme serait drôle, mais elle n’approuvait pas réellement le reste. Elle ne put toutefois garder cet air quelque peu sérieux, en l’entendant, explosant de rire.

« Wade Winchester, vous êtes sale. Et puis, ça n’est un secret pour personne à Poudlard… Les garçons, ça parle, presque plus que les filles quand on sait poser les bonnes questions. Mais bon, je suis rassurée : tu n’imposes pas cela à tes conquêtes, tu es un minimum civilisé ! »

Un clin d’œil, encore, avant de s’éclipser et de revenir légèrement rougissant, rouge qui fut augmenté par l’attitude désinvolte du garçon qui lui montra un bout de son fessier, qu’elle ne désirait définitivement pas voir ! Elle s’apprêta à l’apostropher, avant de rire, à nouveau, devant le caleçon. C’était tellement… Wadien !

« J’espère que tu ne mets pas celui-là ; quand tu as prévu d’attirer quelqu’un dans ton lit… Inconsciente de la portée de ses paroles au début, elle se rendit compte en les prononçant de l’impression que ça pouvait donner, et rougissant encore, elle s’empressa de continuer sa phrase. Mais je veux pas savoir, me dis pas ça !! »

Elle ne lui laissa pas le temps de poursuivre et, laissant tomber sa serviette, elle courut vers lui, et le poussa dans l’eau, se laissant entrainer en même temps.

* prononcé en français.
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons

ϟ messages : 9
ϟ entrée : 07/03/2013

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (DT/LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une Cape d'Invisibilité



Message Posté Mer 27 Nov - 17:35.
Décidemment il ne pouvait pas rêver mieux pour le réveillon de Noël. Terminer l’année sur une note gai avant d’entamer ce qui serait surement l’une des années les plus difficiles de sa vie. Il allait se battre, dans un peu moins d’une semaine, contre un Ministère, un système, une idéologie qu’il rebutait plus que tout. Il allait montrer clairement sa position, se faire étiqueter comme « Résistant », du moins c’est l’idée qu’il s’était fait. Penser au pire lui permettait de vivre avec des bonnes surprises, de relativiser et de ne pas être trop pessimiste. Pessimiste. Il ne l’avait en fait jamais été. Il avait cette naïve vision de la vie. L’impression que aussi dures pouvaient être les épreuves, elle apportaient toujours quelque chose de positif. Que le lendemain serait toujours mieux que le jour présent. Quand on est au plus bas, on ne peut que se relever n’est-ce pas ?

Aubépine souriait, riait. Elle lui avait manqué. Il ne s’était pas trouvé d’amis de cette qualité en France… Une amie qui serait toujours là, toujours prête, qui garderait la tête haute dans toutes les situations. C’était peut-être égoïste mais savoir qu’Aubépine prenait soin d’elle, qu’elle n’avait pas « besoin » de lui était quelque chose qui, à son avis, les rapprochait d’autant plus. Elle n’avait ni besoin de protection ni d’une personne pour lui remonter le moral. Débiter des paroles superficielles n’était pas vraiment du genre de l’écossais « Tu es géniale, tout va bien se passer pour toi, ta vie va s’arranger. » C’était comme les personnes qui pleuraient en publique pour se faire plaindre… Du moins c’est l’idée qu’il se faisait des personnes qui pleuraient en publique…
Oui il était là pour elle et elle pour lui, oui il serait là le jour où elle serait dans le pétrin, oui il était là pour soutenir comme elle le soutenait mais ils n’étaient tous les deux pas là pour se lamenter et pleurer à tour de rôle sur le tournant qu’avait pris ou que prendrait leur vie. C’était leur décision la plupart du temps et aussi difficile était elle, ça restait leur volonté. C’était ça défendre ses valeurs. Souffrir pour rester vrai. Ne pas avoir honte de se regarder dans le miroir. Bien sur il y avait les contre temps, les imprévus mais c’était des choses qui touchaient le monde, pas seulement leur personne…
Bref, il avait une conception étrange de leur amitié mais ça lui convenait. Peut-être changerait-il un peu d’avis lorsqu’ils parleraient de leur famille mais ce n’était pas un sujet qu’ils étaient prêts à mettre sur le tapis et encore moins en ce jour de retrouvaille et de fête.

A u b é – « J’espère que tu ne mets pas celui-là ; quand tu as prévu d’attirer quelqu’un dans ton lit… Mais je veux pas savoir, me dis pas ça !! »

La jeune fille avait rougi, encore. C’était décidemment quelque chose dont le garçon ne se lasserait jamais. Il savait qu’elle n’avait aucune attirance pour lui et que leur relation était basée sur les taquineries et sur une fausse ambigüité mais ça le faisait toujours sourire. Il avait connu Aubépine alors qu’elle était encore l’une des personnes les plus sages qu’il connaissait et maintenant, petit à petit, elle s’affirmait, elle osait.

Il s’apprêtait à lui répondre quelque chose pour essayer de la déstabiliser encore plus mais il n’eut pas ce luxe. Sans crier gare, la jeune fille lui avait littéralement foncé dedans pour le pousser dans l’eau. Elle y avait mis tellement d’entrain qu’ elle l’avait accompagné dans sa chute. L’eau était à la température idéale. Il n’était normalement pas trop du style à se baigner en hiver… Trop frileux il lui arrivait même de sauter la douche du matin prétextant qu’il était moins sale en hiver et qu’ « à quoi bon se laver quand on pue pas ?! » mais là c’était parfait. L’eau, remplie de tous les savons possibles et imaginables, était d’une douceur incroyable. Il rigolait, oubliant complètement tout ce qu’il avait en tête, il oubliait complètement qu’il se rendait au casse-pipe dans quelques jours. Il oubliait tout.
Il éclaboussait son amie avant de l’attraper et de la jeter dans les airs. Et dire qu’il n’était jamais venu dans cette salle et que c’est en visiteur clandestin qu’il appréciait pour la première fois un des mystérieux trésor qu’abritait le Château ou comme il aimait l’appeler sa maison.
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

Have yourself a merry little christmas ♪ Wade & Aubépine (PM)

T H E . F E A T H E R . O F . A . P H O E N I X :: Saison 2

Sujets similaires

-
» Have yourself a merry little Christmas ! (Dan)
» Merry Christmas!!
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» David Otunga & Wade Barret & Chris Benoit Vs Justin Gabriel & Cody Rhodes & John cena

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: